Lentement et sûrement, ce qui était jusqu’au vendredi dernier colporté comme rumeur est entrain de devenir réalité. L’Assemblée nationale va vers la reconstitution de la classe politique qui la compose….

Démission en cascade à l’Assemblée nationale : 4 groupes parlementaires volent en éclats

Démission en cascade à l’Assemblée nationale : 4 groupes parlementaires volent en éclats

Lentement et sûrement, ce qui était jusqu’au vendredi dernier colporté comme rumeur est entrain de devenir réalité. L’Assemblée nationale va vers la reconstitution de la classe politique qui la compose. Jusqu’à hier, lundi 8 mai 2017, le secrétariat du président de l’Assemblée nationale a enregistré 17 lettres de démissions des députés  de quatre groupes parlementaires.

Quatre groupes parlementaires ont perdu 17 députés. Il s’agit du Groupe parlementaire dirigé par le président Mathurin Nago qui vient de perdre 3 députés, celui pour qui le député Barthélémy Kassa en est le président a perdu 5 députés. Le groupe parlementaire de l’honorable André Okounlola a aussi perdu 5 députés et enfin celui dirigé par l’honorable Essou Pascal a connu 4 démissions.

Les raisons de ces démissions en cascade

Plusieurs raisons expliquent ces démissions des députés enregistrées depuis le vendredi 5 mai 2017 au secrétariat du président de l’Assemblée nationale. En effet, pour le député Réné Bagoudou, sa démission est l’expression de la volonté de sa base électorale. Ce dernier a fait savoir qu’il a pour principe de respecter les décisions de sa base électorale. Il a été rejoint par le député Idrissou Bako qui a confié que depuis l’avènement du rejet du projet de révision de la Constitution, les autres députés traitent les 23 députés qui avaient voté « NON » pour la recevabilité  du texte en mettant un point à ce processus devant conduire à la révision de la loi fondamentale du 11 décembre 1990, comme des opposants au régime du président Talon. Pour ce dernier, ils ne sont plus associés à rien depuis ce vote. Tout se passe comme si ces derniers attendaient cette réaction pour pousser les 23 députés dans une opposition face au régime Talon. « Ainsi, face à cela, le noyau fort que constituent 13 députés a décidé d’accepter cette réalité et faire face à cette nouvelle ligne. C’est ce qui explique notre démissions » a-t-il ajouté.
Kola Paqui

  • Social Links:

Laisser une réponse