Le préfet du Littoral, Modeste Toboula, lors de son passage sur l’une des chaines de radio de la place, vendredi dernier, est revenu sur la polémique qui court les réseaux…

Toboula au sujet de la polémique autour des nouveaux salaires des préfets: « On a quitté 15 millions obscurs pour 5 millions clairs »

Toboula au sujet de la polémique autour des nouveaux salaires des préfets: « On a quitté 15 millions obscurs pour 5 millions clairs »

Le préfet du Littoral, Modeste Toboula, lors de son passage sur l’une des chaines de radio de la place, vendredi dernier, est revenu sur la polémique qui court les réseaux sociaux depuis bientôt deux semaines et qui fait état du salaire et des indemnités accordés aux préfets par le chef de l’Etat. Avant d’expliquer le bien fondé du décret 2017-042 du 25 janvier 2017 portant traitement et régime indemnitaire applicable aux préfets, aux secrétaires généraux et aux chargés de mission des préfets, Modeste Toboula a fustigé ce comportement des Béninois qui font du bruit autour de ce que gagnent les préfets sans se demander comment les directeurs généraux des sociétés d’Etat sont traités. « Il y a des gens qui gagnent deux fois notre salaire et qui sont à des postes donnés. Il y a des directeurs généraux de certaines sociétés qui gagnent au-delà de cinq millions mais ça n’a jamais fait l’objet d’attention », déclare le préfet du Littoral qui juge  ce comportement « malsain ». A en croire ses propos, si le chef de l’Etat a pris un décret pour organiser le salaire et les indemnités des préfets, c’est dans le but de rendre plus claire la gouvernance de l’Etat. « Les autres préfets, lorsqu’ils prenaient 15 millions par mois pour frais de mobilisation sociale qu’est-ce que vous en avez dit ? Si le gouvernement actuel refuse de rester dans l’ombre pour opérer, est-ce une mauvaise chose ? », s’interroge Modeste Toboula qui explique la contrainte de sanction liée à cette amélioration des conditions de travail des préfets. « On est plus exposé à des sanctions aujourd’hui dans le rôle du préfet parce qu’on n’est plus dans l’opacité, » précise le préfet du Littoral. Justifiant l’indemnité de la représentation, le préfet Toboula trouve que la tâche est même au-dessus des moyens : « Par rapport aux indemnités de représentation, vous savez combien de fois un préfet est sollicité dans ce rôle-là ? Combien de fois le préfet représente le gouvernement et chacun des ministres pris individuellement ? Vous voulez que nous soyons des préfets clochards ? », se demande-t-il. Cependant, il trouve que la politique du gouvernement de rendre officiel le salaire et les indemnités des préfets entre également dans le cadre de la bonne gouvernance et de la gestion rationnelle des deniers publics. « Quand on dit de serrer la ceinture, même avec son salaire, on doit serrer la ceinture et c’est en le faisant qu’on a quitté 15 million obscurs à 5millions clairs. C’est serrer la ceinture ça… Un préfet a un salaire bien connu, des avantages bien connus, il sera content pour faire de bon travail », affirme le premier responsable du Littoral qui a, pour finir, remercié le chef de l’Etat.  « Ce que je sais, c’est qu’il faut remercier le président Patrice Talon pour sa clairvoyance, des choix profonds qu’il fait face à un certain nombre de questions, notamment la question de l’amélioration de l’administration déconcentrée de l’Etat. Et, nous, en représentant l’Etat, nous avons les attributs de l’Etat », a-t-il conclu.

Yannick SOMALON

  • Social Links:

Laisser une réponse