Le gouvernement, lors de sa réunion hebdomadaire du mercredi 12 juillet 2017 a décidé de transmettre à l’Assemblée nationale le projet de décret portant autorisation de ratification, de l’Accord de…

Mobilisation de fonds pour la phase 2 du projet de protection de la côte Est :Bientôt un accord de crédit entre le Bénin et Rabobank

Mobilisation de fonds pour la phase 2 du projet de protection de la côte Est :Bientôt un accord de crédit entre le Bénin et Rabobank

Le gouvernement, lors de sa réunion hebdomadaire du mercredi 12 juillet 2017 a décidé de transmettre à l’Assemblée nationale le projet de décret portant autorisation de ratification, de l’Accord de crédit signé entre la République du Bénin et Rabobank. A travers cet acte, le gouvernement compte mobiliser des financements pour soulager les populations des affres de l’érosion côtière.

Les travaux entrant dans le cadre de la deuxième phase du projet de protection de la côte à l’Est de Cotonou débuteront sans plus tarder. En effet, dans le but d’amoindrir les peines des populations riveraines des zones côtières après les travaux de la première phase qui se sont révélés moins efficaces que prévus, le gouvernement entend démarrer les travaux de la phase 2. Pour ce faire, le Conseil des ministres du mercredi 12 juillet a adopté le projet de décret portant transmission à l’Assemblée nationale pour autorisation de ratification, de l’Accord de crédit signé entre la République du Bénin et Rabobank, dans le cadre du financement partiel de la deuxième phase du projet de protection de la côte à l’Est de Cotonou. D’un montant de trente-deux milliards quatre cent soixante-douze millions neuf cent quatre-vingt-quinze mille cent soixante-sept (32 472 995 167) Fcfa, cet accord de financement permettra de poursuivre les travaux de protection de la côte Est de Cotonou. Ce programme cher au chef de l’Etat permettra en outre de sécuriser la côte entre les communes de Sèmè-Podji et de Cotonou sur un linéaire total d’environ 15 kilomètres. Il inclut une douzaine de localités telles que Akpakpa Dodomè, Enagnon, Fifadji, Tokplégbé, Agblangandan, Seyivè pour ne citer que celles-là. Face aux dégâts causés par l’érosion côtière et aux difficultés rencontrées par les populations qui vivent dans les zones côtières, cette décision des autorités de mobiliser les ressources financières pour la réalisation de la phase 2 des travaux de protection de la côte vient à juste titre. Pour conséquence directe, les riverains seront épargnés de tous les risques et les réalisations non encore affectées seront préservées. A travers ces actions, le président de la République répond à ses détracteurs qui lui reprochent de ne pas s’investir dans le social. Il est à noter qu’après l’Est de Cotonou, tout le reste de la côte béninoise fera l’objet d’étude et accueillera des travaux de protection.

Mohamed Amoussa
(Stag)

  • Social Links:

Laisser une réponse