La Coordination nationale de l’Alliance Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) a entamé une tournée nationale depuis peu, pour aller rencontrer et échanger avec les militants à la base…

Rencontre de l’Alliance politique avec les militants à la base: Eugène Azatassou dévoile les vraies raisons de la tournée FCBE

Rencontre de l’Alliance politique avec les militants à la base: Eugène Azatassou dévoile les vraies raisons de la tournée FCBE

La Coordination nationale de l’Alliance Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) a entamé une tournée nationale depuis peu, pour aller rencontrer et échanger avec les militants à la base sur toute l’étendue du territoire national. « Nous existons depuis un certain temps et nous avons vécu le passage du 06 avril 2016 comme un tournant dans notre existence. Donc , pour rebondir et pour nous définir de nouvelles orientations, il nous faut rencontrer nos militants, les écouter et faire la synthèse de tout ce qui sera dit et pouvoir démarrer effectivement la préparation du congrès national en vue », a affirmé ce jeudi, Eugène Azatassou, lors d’un entretien de presse. La tournée a démarré depuis le 08 juillet dernier par le département de l’Atacora et s’étalera sur un mois environ. «Les militants nous ont réservé un accueil chaleureux, car ils étaient demandeurs de cette rencontre avec la Coordination nationale depuis que nous avons perdu les élections. Avec toutes les informations qui circulaient dans tous les sens, des démissions ici, des déclarations ça et là, les militants se demandaient concrètement à quoi s’en tenir par rapport à l’Alliance » a-t-il aussi indiqué. Les rencontres se tiennent avec des délégués FCBE en raison de 10 par commune, et 10 par arrondissement des villes à statut particulier. Quitte à leur tour de descendre vers la base pour échanger avec les militants sur tous les aspects qui concernent l’alliance aujourd’hui.
Les positions affichées par les FCBE depuis l’avènement du pouvoir de la rupture, des clarifications sur les départs observés au sein de l’alliance ont notamment constitué les points forts des premiers échanges avec les militants rencontrés. « Ils ont parfois dans leur giron, ceux qu’ils pensaient être des ténors, mais qui ont commencé à flotter depuis un certain temps. Ils nous ont demandé de leur dire clairement notre conception par rapport à cette situation. Ce que nous avons fait à leur grande satisfaction. Ce n’était pas forcément l’objectif de notre tournée. Mais comme les militants ont eux-mêmes introduit la question, nous leur avons dit ce que nous pensons » s’est réjoui Eugène Azatassou.
« Jusqu’ici, nous n’avons pas dévié de notre ligne »
Le Coordonnateur national des FCBE, à propos des personnalités politiques et députés qui se sont mis à l’écart de l’alliance n’en fait pas un drame. « La force des FCBE est au niveau des militants à la base qui sont demeurés mobilisés autour des idéaux que nous défendons. Quant aux reproches faites à la Coordination nationale par les dissidents qui l’accusent d’avoir pris de nouvelles orientations sans se référer au cadre de concertation des chefs de partis instauré au sein des FCBE, Eugène Azatassou estime que c’est « juste un prétexte ». Et s’en explique : « Les premiers qui sont partis s’en sont d’abord pris au Dr Boni Yayi. Le peuple béninois toutes tendances confondues n’a pas compris cela. Ils ont donc vu que cela ne pouvait pas prospérer. Mais il fallait un argumentaire pour pouvoir rejoindre le camp d’en face ou au moins rester en attente de rejoindre la rupture pour certains. C’est comme ça, qu’ils s’en sont pris à la Coordination nationale ». Selon lui, en vérité, « les décisions importantes ne sont jamais prises au niveau de la Coordination nationale exclusivement », donnant l’exemple de la collaboration avec le Front pour le Sursaut Patriotique qui a été décidée en présence d’un certain nombre de députés dans le cadre de concertation des chefs de partis politiques. « Je vous révèle que celui qui a pris la parole pour soutenir cela, c’est l’honorable Benoit Dègla. Il avait dit expressément ceci : si c’est pour aller chez les personnalités avec le Front pour le Sursaut Patriotique, je suis d’accord. Et tout le monde était également d’accord à cette séance. Mais Bénoit Dègla a ajouté aussi, nous, nous sommes une organisation qui avons géré le pouvoir. N’allez donc pas sur l’esplanade du palais des gouverneurs pour faire des manifestations. Et nous avons respecté cela à ce jour». Et à Azatassou de poursuivre : « Je les comprends aujourd’hui. Je pense qu’ils donnaient l’assurance de l’autre côté que si on leur fait confiance là-bas, que rien ne bougera au niveau de l’alliance FCBE. Mais ça continué à bouger et ils ont eu de la peine à expliquer ». Pour lui, l’orientation que l’alliance FCBE a prise en soutenant les gouvernements successifs du président Boni Yayi, est la même qu’elle applique en dénonçant les edérives du pouvoir de la rupture. Il rappellera aussi, que : « quand nous préparions les élections de 2011, nous avions décidé de mettre en place, l’Union de la majorité présidentielle plurielle, avec d’autres forces politiques non FCBE, mais personne à l’époque, n’avait pas trouvé à dire, en nous reprochant de ne pas avoir réuni les chefs de e partis politiques au sein des FCBE avant la prise de cette décision, justement parce que c’était dans la ligne du combat que nous étions en train de mener. La Coordination nationale ne fait appliquer donc que la ligne qu’on s’est définie. Et jusqu’ici, nous n’avons pas dévié de la ligne. Ceux qui ont un nouveau pouvoir et qui ne l’apprécie pas avec notre vision d’antan, c’est eux qui ont changé de ligne. ». Quant aux points qui seront inscrits au congrès national en vue, rien n’est encore retenu. « C’est à l’issue de la tournée et après la synthèse des échanges avec les militants à la base que nous allons les définir » a rassuré Eugène Azatassou.

Christian TCHANOU

  • Social Links:

Laisser une réponse