A son avènement au pouvoir le 6 avril 2016, le gouvernement de la Rupture a pris un certain nombre de « courageuses » décisions. Objectif, voir clair dans certaines affaires et dossiers…

Police : Les implications de la remise en vigueur du décret de mars 2016

Police : Les implications de la remise en vigueur du décret de mars 2016

A son avènement au pouvoir le 6 avril 2016, le gouvernement de la Rupture a pris un certain nombre de « courageuses » décisions. Objectif, voir clair dans certaines affaires et dossiers laissés par le régime défunt. Au nombre de ces décisions figure la suspension du décret 2016-137 du 17 mars 2016, portant statuts particuliers des personnels de la police nationale.

Deo Gracias O.

Le décret avait été pris dans une précipitation voilée à la veille du second tour de l’élection présidentielle et sa suspension a suscité beaucoup de polémique et a même provoqué la colère des flics. Certaines voix ont évoqué une mesure politique. Mais en réalité, ce n’en était pas une. La mesure se justifiait par le fait que l’application de ce décret induirait de nouvelles dépenses permanentes, alors que l’état des finances publiques ne le permettrait point. Mais depuis peu, les policiers ont retrouvé le sourire.
En effet, il n’est un secret pour personne que depuis son arrivée à la tête du Bénin, le chef de l’Etat Patrice TALON s’est montré préoccupé par l’amélioration des conditions de vie et de travail des policiers en particulier et des forces de défense et de sécurité en général. Des matériels de travail, à savoir plusieurs motos et véhicules ont été mis à leur disposition pour améliorer leur condition de travail. Aujourd’hui, place est faite au concret dans leurs poches. C’est dans ce sens que pour montrer que la mesure de suspension était objectivement fondée, contrairement à ce que ventile une certaine opinion, le gouvernement, dès qu’il a estimé que les ressources permettaient de faire face aux charges induites par la mise en application de ce décret a remis en vigueur la loi 2015-20 du 19 juin 2015 portant statut spécial des personnels de sécurité publique et assimilés, et son décret d’application 2016-137 du 17 mars 2016 portant statuts particuliers des personnels de la Police nationale. Depuis quelque temps, les policiers sont effectivement payés sur la base de ce décret et s’en réjouissent. Ils se rendent compte qu’en réalité, ils n’ont rien perdu car on n’a fait que différer le bénéfice des avantages. Mieux, leurs arriérés ont commencé à être payés. Ainsi, au moins quatre mois de moins perçus leur sont déjà versés témoignent certains fonctionnaires de police. Le reste le sera progressivement renseigne une source proche de la Marina.

Le prix à payer

Sans bruit ni publicité, le gouvernement s’investit dans l’amélioration des conditions des flics, qui ne cessent de le lui reconnaitre entre eux lors des échanges. Le prix à payer, c’est qu’ils devront désormais fait face à un gouvernement de plus en plus exigeant. Car quand il est souhaitable que le gouvernement leur dope davantage le moral pour qu’ils soient plus efficaces dans leur travail, afin d’assurer la sécurité des béninois et de leurs biens, il est tout aussi recommandé que les hommes en arme acceptent que le gouvernement se montre rigoureux dans l’administration des sanctions aux personnels défaillants.

Bientôt les douaniers ?

Si la loi de 2015 concerne bien les forces de sécurité publique et assimilés, il faut souligner que les douaniers et forestiers ne sont pas encore pris en compte. En effet, ils étaient purement civils, relevaient de la fonction publique et sont traités comme tous les fonctionnaires. Leurs avancements obéissent aux règles de la Fonction publique. C’est la loi de 2015 qui leur a conféré le statut de paramilitaires. Le processus de leur reversement est toujours en cours apprend-on de sources proches des ministères sectoriels. C’est quand cela sera achevé ils jouiront des avantages attachés à leurs nouveaux corps rassurent l’exécutif.

Talon ou l’homme de méthode

L’opinion publique, reconnait à Patrice TALON, ses qualités d’un homme de méthode, d’organisation et de rigueur dans la gestion et visiblement sa méthode fait ses preuves. Et, le président de la République n’entend pas s’en arrêter là. A cette allure, l’amélioration des conditions de vie et de travail, va s’étendre bientôt à l’ensemble des travailleurs. Pour le moment, il recrute en masse pour doter l’administration publique de personnel suffisant, afin de satisfaire les attentes des populations. Ensuite, cap sera indubitablement mis sur l’amélioration des conditions de vie de l’ensemble. Quand on connaît la réputation de l’homme dans le privé, on peut croire qu’il le fera dès que les conditions seront remplies. Déjà, les retraités sont payés à l’indice 1,25 et il n’y a pas eu de battage autour de cette décision tout de même salvatrice.

  • Social Links:

Laisser une réponse