Triste ! Une fois de plus, les Béninois découvrent les tenants et aboutissants d’un gros scandale. Pour la construction du siège de l’Assemblée nationale, des dizaines de milliards ont été dépensés…

Scandale du siège de l’Assemblée nationale : Yayi avait raison de pleurer

Scandale du siège de l’Assemblée nationale : Yayi avait raison de pleurer

Triste ! Une fois de plus, les Béninois découvrent les tenants et aboutissants d’un gros scandale. Pour la construction du siège de l’Assemblée nationale, des dizaines de milliards ont été dépensés sans que le chantier n’aboutisse. Pire, il est fort probable que, comme l’ont suggéré hier les députés au cours de la plénière, le chantier soit carrément abandonné pour le choix d’un autre site. Après les nombreux scandales qui ont émaillé sa gouvernance, nous voici encore devant un autre qui, normalement, devrait arracher des larmes à l’ancien président Boni Yayi. Larmes de remords pour n’avoir pas su éviter à son pays un gâchis d’une telle ampleur.
Mais surtout, des larmes pour soulager sa conscience souillée par une gouvernance aujourd’hui décriée et qui a facilité la gabegie à tous les niveaux. Même les amnésiques se rappellent la série des dossiers à scandale. Entre autres, il y a les dossiers Maria Gléta, aéroport de Tourou, Cen-Sad, logements sociaux…Malheureusement, les larmes de Yayi ne nous ramèneront pas les milliards inutilement investis pour non seulement la construction du siège de l’Assemblée nationale à Porto-Novo mais aussi pour toutes les autres affaires. L’autre dira, si je savais…
Dommage, il y a des erreurs qui ne se rattrapent jamais et Yayi devrait le savoir et travailler désormais à se faire pardonner ses péchés contre un peuple qu’il a eu le privilège de diriger pendant dix ans. La balle est dans son camp !
Richard AKOTCHAYE

  • Social Links:

Laisser une réponse