Les nouvelles sont moins rassurantes au Fonds de Développement de la Formation Professionnelle continue et de l’Apprentissage (Fodefca). Un conseil extraordinaire du comité de gestion s’est tenu en urgence, mercredi…

Placement frauduleux de fonds sur un compte DAT : Les responsables du Fodefca sommés d’apporter des clarifications

Placement frauduleux de fonds sur un compte DAT : Les responsables du Fodefca sommés d’apporter des clarifications

Les nouvelles sont moins rassurantes au Fonds de Développement de la Formation Professionnelle continue et de l’Apprentissage (Fodefca). Un conseil extraordinaire du comité de gestion s’est tenu en urgence, mercredi dernier, à la suite d’une demande de clarification expresse adressée aux responsables de la structure par le ministre en charge du Travail et de la fonction publique, Mathys Adidjatou. En effet, l’autorité de tutelle a exigé de la lumière sur la gestion d’un compte DAT à polémique.

Examen du fonctionnement dudit compte (Genèse, situation du compte à la date d’aujourd’hui), appréciation de la demande d’explication du SE (Secrétaire Exécutif) sur l’utilisation des intérêts du DAT) sont, entre autres, les points forts inscrits à l’ordre du jour. L’autorité ministérielle aurait de graves soupçons sur la gestion de ce compte et voudrait en avoir une idée claire, en vue des dispositions à prendre pour la suite. Selon les faits rapportés par la presse, en effet, face au refus d’appliquer les recommandations des audits et inspections, le Secrétariat exécutif d’alors avec l’autorisation du Comité de Gestion a adopté un mode de gestion contraire à l’orthodoxie financière aux fins de faire face aux charges de fonctionnement, avec à la clé, la mobilisation des ressources bloquées au titre du PIJA (Projet d’Insertion des Jeunes dans l’Artisanat). L’opération de mobilisation concernerait plus du demi-milliard débloqué d’une banque primaire et placé dans une autre contre des rétro-commissions. Plusieurs audits en ont déjà fait cas, mais rangés au placard à ce jour, à la satisfaction générale des auteurs de ces transactions financières irrégulières qui ne se sentaient aucunement inquiétés jusque-là. Aujourd’hui, le PIJA est à jamais hypothéqué puisque les ressources bloquées auraient été débloquées et dilapidéesmalgré la sonnette d’alarme des Commissaires aux Comptes. D’autres informations rapportent que cela fait déjà trois mois que des prélèvements sont opérés régulièrement sur le compte DAT sans autorisation des instances habilitées. De plus, les activités tourneraient au ralenti alors qu’il faudra faire face à une charge de fonctionnement maximale (salaires, primes, frais de mission et autres). C’est d’ailleurs ce qui aurait conduit l’autorité d’administration à rejeter le dernier rapport d’activité, dont la revue est l’autre point inscrit à l’ordre du jour du dernier conseil convoqué..

A.B

  • Social Links: