A l’invitation du ministre français des finances, Bruno Lemaire, le ministre Romuald Wadagni séjourne à Paris depuis le 6 mai 2019. L’argentier national a planché devant d’éminentes personnalités du monde…

Wadagni au Forum sur le financement du développement à Paris:Le « modèle Talon » mis en lumière au G20

Wadagni au Forum sur le financement du développement à Paris:Le « modèle Talon » mis en lumière au G20

A l’invitation du ministre français des finances, Bruno Lemaire, le ministre Romuald Wadagni séjourne à Paris depuis le 6 mai 2019. L’argentier national a planché devant d’éminentes personnalités du monde des finances hier mardi sur la stratégie du gouvernement béninois en matière de financement conséquent du programme d’actions.

Le ministre béninois des Finances Romuald Wadagni défend la stratégie de financement du Pag à Paris. Dans un exposé qui a retenu l’attention des acteurs, il a en plus du volet financement évoqué la maîtrise de l’endettement. Au chapitre des performances, le Bénin a un risque modéré sur sa dette alors que beaucoup de pays en Afrique, même des voisins du Bénin, sont évalués avec un risque élevé. Cela est constat du Fonds monétaire international (Fmi) qui suscite d’intérêt à la stratégie d’endettement du Bénin malgré les nombreux chantiers ouverts depuis 2016 sous la gouvernance du président Patrice Talon. « Une dette soutenable pour une croissance durable ».  C’est autour de ce thème que les échanges ont tourné. Devant la Directrice générale du Fmi, Christine Lagarde, le Président de la Banque mondiale David Malpass, Angel Gurria secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques (Ocde) et 60 ministres des finances, Romuald Wadagni est intervenu dans le panel « Pour un financement vertueux du développement » pour présenter la stratégie du gouvernement de Patrice Talon pour financer son Pag .  Selon le ministre, le Bénin a choisi, depuis 2016, de faire un équilibre afin de financer son développement, tout en évitant un endettement excessif. Le pays tient compte de la globalisation des économies, donc les enjeux internationaux. . Les chaines de valeur mondiales, les investissements directs étrangers et les flux financiers internationaux sont au cœur d’une mondialisation qui favorise la croissance et la prospérité. A titre illustratif, le Bénin a fait dernièrement une grande entrée  sur le marché international avec l’Eurobond de 500 millions d’Euros. Cet emprunt est une bonne affaire pour le Bénin sur deux aspects. Premièrement, le taux d’intérêt qui est le coût de la dette est inférieur au taux d’intérêt auquel le Bénin emprunte généralement sur les marchés régionaux. Deuxièmement, cet Eurobond a une maturité plus longue ; ça veut dire que c’est un prêt qui a une durée plus longue. En clair, le Bénin a choisi la bonne période pour faire cet emprunt ; ce qui compte dans la stratégie d’endettement. La situation de la dette au Bénin montre que la dette en part de Pib va diminuer en 2019. Cela montre qu’il y a une maîtrise de l’endettement du Bénin. Avec une croissance de 6,7%, le Bénin a une dette soutenable. Seul ministre africain invité à cette conférence de haut niveau sur le financement du développement organisé par la France avec le soutien de la Présidence japonaise du G20, Romuald Wadagni a profité pour exposer les besoins du Bénin aux gouverneurs de banques centrales, responsables d’institutions financières internationales, universitaires et représentants d’institutions financières privées.

AT

  • Social Links: