Le Chef de l’Etat Patrice Talon passe à l’offensive diplomatique après l’amorce des grands chantiers au plan national. Ainsi, le dirigeant béninois marquera de sa présence le sommet extraordinaire de…

De la Cedeao à l’Ua : Après Abuja, Talon à Niamey

De la Cedeao à l’Ua : Après Abuja, Talon à Niamey

Le Chef de l’Etat Patrice Talon passe à l’offensive diplomatique après l’amorce des grands chantiers au plan national. Ainsi, le dirigeant béninois marquera de sa présence le sommet extraordinaire de l’Union africaine qui se tient à Niamey. A cette occasion, il prononcera un discours très attendu après une sortie fort appréciée à Abuja lors de la session de la Cedeao.

Il est annoncé pour prendre part au sommet extraordinaire de l’Union africaine qui se tient du 4 au 7 juillet 2019 au Niger. Le Chef de l’Etat, Patrice Talon, sera en compagnie de ses pairs (une cinquantaine) de l’Union. Très attendu à cette rencontre, le Président du Bénin pourra honorer de sa présence, à la célébration du premier anniversaire de la signature du traité instituant la Zone de libre-échange continentale (Zlec). Cet événement majeur consacre l’aboutissement d’un vœu longtemps nourri par les Etats et qui s’est matérialisé il y a un an. En effet, à travers la Zlec, l’’Union africaine envisage d’édifier une zone favorisant l’intégration économique sur un marché de 1,2 milliard d’habitants, qui devrait atteindre 2.5 milliards  en 2050. Au cours de cette rencontre phare qui situe l’avenir du Continent, l’intervention du Chef de l’Etat du Bénin est attendue. L’homme qui s’est très positivement révélé au cours de la 55ème session ordinaire des chefs d’Etats de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) à Abuja le 29 juin 209 devra s’adresser à ses pairs.

Une question d’agenda

Quand le monde entier jasait sur l’indifférence notable de l’actuel Chef de l’Etat par rapport au bruit du dehors, le maître à bord de la République Bénin ne s’en émouvait guère. Patrice Talon est resté imperturbable, car il savait avec précision à quel moment  il allait amorcer ce chantier essentiel. Il ne s’agissait pas en réalité d’un mépris à l’égard de la communauté internationale comme certaines mauvaises langues ont tôt fait de le clamer. Il ne s’agissait non plus d’une autarcie déclarée par le Président du Bénin pour isoler son pays et le fermer à toute opportunité extérieure comme l’ont aussi avancé certains. Toutes ces raisons n’étaient que des vues de l’esprit. Patrice Talon a fait le choix de la concentration maximale sur les grandes priorités du pays avant l’étape diplomatique. Ce premier pan de son investissement total et sans désemparer a été l’acte 1 de sa gouvernance. D’autant qu’il savait à son arrivée que la maison Bénin était assez malade et qu’il faille très vite amorcer des chantiers majeurs dans tous les domaines. Ce défi a nourri toutes les réformes qu’il a engagées depuis son accession en 2016. Il s’agissait d’un travail de fond qui avait embrassé tous les secteurs de la vie sociopolitique et économique du pays. Le chantier était assez vaste et nécessitait beaucoup de concentration, afin de mettre en route et de façon résolue tous les axes. Ce travail de désherbage et de pose des fondements a nécessité du temps, de la sueur et du labeur. Il a suscité remous et récriminations. Il a entraîné des désamours et des crises réelles. Le pays a été en ébullition à un moment donné par rapport à ces réformes qui étaient devenues incontournables. Après ce travail sérieux qui a bousculé les mœurs,  le Gouvernement a commencé par démarrer les axes stratégiques de son programme d’actions. De façon méthodique, il a engagé dans des secteurs comme celui l’eau, de l’électricité, des infrastructures et du social, des projets phares. La particularité de la méthode de l’actuel Gouvernement, c’est la certitude que tous les projets amorcés seront conduits effectivement à terme. Le cas Maria-Gléta et les avancées notables connues dans le domaine de l’accès à l’eau potable sont les signaux évidents que le gouvernement est sûr de sa méthode et conduit avec assurance ses projets. Après ces chantiers internes, Patrice Talon a décidé d’entamer l’ axe 2 de son plan de travail : la diplomatie.

La machine diplomatique est en branle

Après l’assurance que les grands chantiers lancés, le Chef de l’Etat se tourne vers les défis régionaux et mondiaux. Patrice Talon, comme il en a l’habitude, se concentre sur cet axe avec pour ambition de restaurer totalement l’image du pays quelque peu écornée ces derniers mois. En effet, le Bénin a été noirci ces derniers mois par beaucoup de compatriotes  dont certains parmi eux ont conduit les destinées du pays dans un passé récent.  Aujourd’hui, mieux qu’hier, le chef de l’Etat se lance résolument dans la dynamique diplomatique pour conquérir l’adhésion de ses pairs. L’exercice ne sera pas du tout compliqué pour l’homme qu’on sait fin stratège. Il faudra se concentrer sur la récente rencontre de la Cedeao pour s’en convaincre. De même, le Président béninois est attendu à Niamey dans le cadre du sommet extraordinaire de l’Union africaine dont les travaux préparatoires ont démarré hier jeudi 4 juillet 2019. La certitude est que les ennemis du pays qui gavaient la communauté internationale de mensonges  ont en face un compatriote pas des moindres. Une bataille diplomatique surement gagnée avant de commencer.

AT

  • Social Links: