Convenance militante. Tel est le motif officiel de la démission de Abraham Zinzindohoué de la 8ème législature. Un départ pour le moins inattendu même si les raisons avancées paraissent pertinentes….

Animation de la vie politique : Abraham Zinzindohoué, une démission peu anodine

Animation de la vie politique : Abraham Zinzindohoué, une démission peu anodine

Convenance militante. Tel est le motif officiel de la démission de Abraham Zinzindohoué de la 8ème législature. Un départ pour le moins inattendu même si les raisons avancées paraissent pertinentes. En réalité, Abraham Zinzindohoué peut être logé à la même enseigne que les vieux briscards de la chose politique, et mériterait d’être non plus au-devant de la scène, mais derrière les rideaux, avec sa riche expérience, pour désormais régner en veilleur, en gardien du temple.
Lui, Abraham Zinzindohoué n’est pas moins méritant que Bruno Amoussou, Mathurin Nago, pour ne citer que ces deux têtes pensantes de l’Union progressiste (Up). Ensemble et avec cette rage qu’on connaît à la jeune génération, ils sont venus en tête des législatives du 28 avril 2019. Et Amoussou et Nago, portent encore cette casquette qui fait d’eux des références au sein de ce parti naissant, qui se doit de confirmer son score lors des prochains rendez-vous électoraux. Déjà, les communales pointent.
Un départ de l’hémicycle pour davantage aguerrir les jeunes, l’ambition de Zinzindohoué est noble. C’est aussi une prime à la jeunesse militante quand on sait la plus-value apportée par son suppléant, Florentin Tchaou, dans la bataille de la 16ème circonscription électorale.
Mais au-delà de cette convenance militante, qu’attend Abraham Zinzindohoué comme gain politique ? Un départ peut cacher une nouvelle destination, et l’élu de la 16ème circonscription électorale, n’est sans doute pas parti de l’hémicycle, sans négocier le virage. Déjà, de par l’expérience de l’homme, et son profil professionnel, dame rumeur entrevoit un probable retour à la Cour suprême.
Mais une place vient d’être libérée au Conseil supérieur de la magistrature et le chef de l’Etat pourrait tout aussi jeter son dévolu sur Abraham Zinzindohoué pour remplacer Rémi Moretti nommé président de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac). En attendant que l’avenir nous livre ses secrets, Abraham Zinzindohoué s’en tient à son agenda politique : formation des cadres du parti, préparation du congrès.

  • Social Links: