Il est connu de tous que depuis l’avènement de la Rupture, on note une lenteur indescriptible dans l’exécution des différents projets des ministères. Si en général, cette situation, qui met…

Bureau d’analyse et d’investigation (Bai) : Une présidence bis

Bureau d’analyse et d’investigation (Bai) : Une présidence bis

Il est connu de tous que depuis l’avènement de la Rupture, on note une lenteur indescriptible dans l’exécution des différents projets des ministères. Si en général, cette situation, qui met en mal le gouvernment de Patrice Talon aux yeux de l’opinion publique, concerne presque tous les ministères, il y en a qui sont mieux lotis que d’autres. En effet, les ministres voient leurs dossiers aboutir avec une certaine célérité  selon qu’ils soient alignés, c’est-à-dire dans les bonnes grâces du Bai. De plus en plus, dans certains ministères les langues se délient pour condamner cet état de chose. Les attributions du Bai sont la cause d’un malaise chez beaucoup de ministres du gouvernement. On a tendance à croire que c’est une présidence bis. Le Bai crée des agences qui vident les ministères de leurs attributions. C’est un peu comme si les ministres sont à la tête d’un département vide rattaché au Président de la République et les agences qui ont les attributions des ministères sont rattachées au Bai. La gestion desdites agences échappe complètement aux ministres. Tout est concentré dans les mains du Bai. Or, trop embrasse, mal étreint. Résulat, ça grogne aussi bien dans les ministères que dans le rang des populations qui attendent beaucoup du gouvernement. Comment comprendre que le ministre des finances signe des contrats avec des agences sous tutelle parfois sans que le ministre concerné ou même le directeur de l’agence en question n’appose leur signature? Dans la série de dossiers que Matin Libre s’apprêtre à livrer à ses fidèles lecteurs, nous reviendrons sur le cas de l’agence de Cadre de vie à travers la construction des marchés sur toute l’étendue du territoire national, de même que la gestion des ordures ménagères dans le Grand Nokoué depuis trois ans. Au ministère du Tourisme, la gestion de l’agence du Tourisme échappe complètement au ministre. Il en est de même de l’agence de l’eau au ministère de l’eau. Et La gestion du dossier Nocibé avec en prime le passage de son Dg devant la Bef est une nébuleuse. Qu’en est-il du bilan du projet des stations d’essence mobiles, la gestion de la transition à la Chambre de commerce ou de l’agence de construction des infrastructures scolaires?Comment une entité qui a toutes ces prérogatives peut-elle humainement être efficace? On peut deviner aisément d’où vient la lenteur tant décriée dans la gestion des dossiers des ministères.  Dans les prochains jours, Matin Libre fera le bilan de tous ces dossiers avec en exergue l’influence négative du Bai qui fait tourner les ministres en rond.

M.M

  • Social Links: