(Quid du Facilitateur Dorothée Sossa) Exit le dialogue politique, version Talon, des 10, 11 et 12 octobre derniers au Palais des congrès à Cotonou. Mais quand on observe la posture…

Pour « dialoguer » avec Talon : Combien Topanou a coûté aux contribuables béninois ?

Pour « dialoguer » avec Talon : Combien Topanou a coûté aux contribuables béninois ?

(Quid du Facilitateur Dorothée Sossa)

Exit le dialogue politique, version Talon, des 10, 11 et 12 octobre derniers au Palais des congrès à Cotonou. Mais quand on observe la posture du Rapporteur Victor Topanou à la cérémonie de clôture quand il présentait au chef de l’Etat les recommandations et « doléances » faites par les participants, on peut s’interroger.

 

Qu’est-ce qui n’a pas marché, ou qu’est-ce qui a pu motiver autant l’Universitaire Victor Topanou à être plus enthousiaste que le commanditaire des assises lorsqu’il s’est agi de la restitution du rapport ? Est-ce simplement l’honneur à lui fait par le chef de l’Etat en lui confiant cette tâche républicaine ? S’il est vrai que Victor Topanou critique vis-à-vis du pouvoir Talon est différent de Victor Topanou dans le manteau de Rapporteur, pour qui connaissait la position tranchée de l’Enseignant de Droit sur les lois électorales et l’exclusion de l’Opposition des Législatives d’avril 2019, sa métamorphose subite, samedi dernier, était perceptible. L’ancien Garde des Sceaux sous le régime de Yayi Boni, très proche de l’opposition, était dans une courtoisie  exagérée à l’égard du chef de l’Etat.

 

Doit-on interpréter ses salamalecs comme le signe d’un rapprochement de la Rupture ou le signe de ce que sa poche a bien pesé, une deuxième fois, suite à sa prestation.

 

En matière de bilan financier, même si les informations font état de ce que les délégués des partis conviés aux assises n’ont bénéficié du moindre kopeck, difficile de croire, par contre, que Victor Topanou et le Facilitateur Dorothée Sossa sont rentrés les mains vides. Combien ont donc coûté aux contribuables béninois, ces éminences grises désignées par le chef de l’Etat ? Peut-être qu’on ne le saura jamais. Mais si réellement quelque chose leur a été fait, ce ne serait pas moins charmeur que la posture  adoptée par le Rapporteur pour son dialogue (à deux)  avec Patrice Talon.

 

Et de deux pour l’Universitaire  sous la Rupture !

 

Contre l’avènement d’un opérateur économique au pouvoir, il a fini par jeter son dévolu sur le magnat de la volaille.  En 2016, lorsque le chef de l’Etat mettait en place une Commission nationale technique chargée de penser les réformes constitutionnelles et institutionnelles, Victor Topanou était parmi les 30 membres qui avaient perçu au moins 10 millions FCfa. Mais après l’échec de la révision constitutionnelle, cela ne l’a pas empêché d’être critique sur la gouvernance du Pouvoir Talon. Il participait même à visage découvert à des réunions de l’opposition. Récemment, l’homme s’est illustré par des prises de position contre les élections législatives non inclusives et a pris une part active à certaines actions de l’Opposition dans le sens de faire entendre raison au pouvoir de la Rupture. Subitement, il fut reçu en audience le 26 avril 2019 à la présidence de la République. Après cette audience, on peut remarquer que l’homme ne s’est plus trop affiché. La suite, c’est sa nomination, contre toute attente, comme Rapporteur du Dialogue par le président Patrice Talon. Décidément, Victor Topanou, l’opposant-consultant de la Rupture.

Worou BORO

  • Social Links: