(L’étude d’un avant-projet de loi réunit les experts à Cotonou) Le Bénin a obtenu auprès de la République sœur du Niger la construction et l’exploitation du pipeline export Niger-Bénin. En…

Projet Pipeline export Niger-Bénin : Samou Adambi lève les conditions pour une mise en oeuvre aisée

Projet Pipeline export Niger-Bénin : Samou Adambi lève les conditions pour une mise en oeuvre aisée

(L’étude d’un avant-projet de loi réunit les experts à Cotonou)

Le Bénin a obtenu auprès de la République sœur du Niger la construction et l’exploitation du pipeline export Niger-Bénin. En vue d’enlever tous les goulots d’étranglement pour une bonne exécution du projet, les cadres du ministère de l’eau et des mines et des ministères sectoriels se sont retrouvés hier, mercredi 27 novembre 2019, à Cotonou pour étude et validation de l’avant-projet de loi relative au projet pipeline export Niger-Bénin. Le ministre Samou Seidou Adambi a ouvert les travaux.

Bientôt une loi pour encadrer la construction et l’exploitation du projet pipeline export Niger-Bénin. Les 50 articles de l’avant-projet sont en étude pendant deux jours grâce à un atelier de validation. Une fois que les experts se seront entendus et auront harmonisé leur point de vue sur le contenu du document, il sera validé. Le projet de loi sera ensuite soumis à l’Assemble nationale pour le vote d’une loi. Ce n’est qu’après que le projet pipeline export Niger-Bénin sera doté d’un cadre juridique, en prélude au démarrage des travaux.

Après la signature de l’accord bilatéral relatif au projet, le 23 janvier 2019 à Niamey, dont la ratification vient d’être autorisée par le Parlement et les instruments de ratification en cours de transmission à la partie nigérienne, la signature de l’accord du gouvernement hôte, le 05 aout 2019 à Pékin, le Bénin s’emploie à satisfaire toutes les conditions suspensives. C’est dans le cadre de la levée de la 2e condition suspensive, qu’un groupe de travail a été chargé, sous l’autorité du ministre de l’eau et des mines, d’élaborer l’avant-projet de la loi relative au projet de pipeline d’exportation Niger-Bénin. Il sera examiné dans la forme et le fond afin de produire un texte de loi de projet à soumettre à la Représentation nationale pour étude et approbation.

Dans son allocution, le ministre de l’eau et des mines Samou Seidou Adambi a souhaité que le projet de loi soit en harmonie avec l’accord du gouvernement hôte qui est le document contractuel avec la partie chinoise. « Je reste donc convaincu, eu égard au parterre d’experts réunis dans cette salle, que de nos travaux sortira un texte de loi de projet qui permettra, après son vote par l’Assemblée nationale, une mise en œuvre aisée de ce projet qui contribuera, à coup sûr au renforcement du tissu économique, source de croissance économique soutenue et au rayonnement économique de notre pays », a-t-il laissé  entendre.

D’un coût global estimé à 600 milliards FCFA, le projet permettra à la République du Niger d’exporter le pétrole brut des champs d’Agadem à l’international à partir du Port de Cotonou. Il est entièrement financé par la société West African oil pipeline Bénin (Wapco-Bénin). D’une longueur totale de 1980km dont 675km sur la section béninoise, le pipeline traversera les départements de l’Ouémé, du Plateau, des Collines, du Borgou et de l’Alibori. 17 communes sont concernées dont Semè-Kpodji qui accueille la station terminale et Tchaourou et Gogounou où seront construites les deux stations de pompage prévues sur le tronçon béninois de pipeline. Rappelons que sur ce projet, le Bénin a ravi la vedette au Nigéria, au Cameroun et au Tchad à cause des bonnes relations avec le Niger, la paix, la sécurité et la stabilité qui y règne.

 

 

B.H

  • Social Links: