Sans surprise, Lionel Messi a été sacré Ballon d’Or 2019 à l’issue d’une cérémonie organisée au Théâtre du Châtelet à Paris. Le génie du FC Barcelone devance Virgil Van Dijk…

Ballon d’or 2019 : Messi sacré, Mané éjecté du podium par Ronaldo

Ballon d’or 2019 : Messi sacré, Mané éjecté du podium par Ronaldo

Sans surprise, Lionel Messi a été sacré Ballon d’Or 2019 à l’issue d’une cérémonie organisée au Théâtre du Châtelet à Paris. Le génie du FC Barcelone devance Virgil Van Dijk et Cristiano Ronaldo. Sadio Mané ne termine que 4e, devant son coéquipier Mohamed Salah. Kylian Mbappé termine premier Français à la 6e place. Retrouvez le classement complet de l’édition 2019.

1er : Lionel Messi (Argentine – FC Barcelone)
Le secret avait été éventé et le suspense n’était que mesuré. Ce lundi, Leo Messi a remporté le sixième Ballon d’Or de sa riche carrière ce lundi. Avec cette nouvelle récompense, l’Argentin établit un nouveau record absolu et devance à nouveau Cristiano Ronaldo. Il vient récompenser une année 2019 encore ahurissante d’un point de vue personnel.

2e : Virgil van Dijk (Pays-Bas – Liverpool)
Un roc. Un défenseur impassable. Un mur qu’on ne dribble pas. S’il n’avait pas subi la loi de Lionel Messi, van Dijk aurait amplement mérité d’être sacré Ballon d’Or. Son palmarès, avec cette Ligue des champions et ce titre de meilleur joueur de Premier League, aurait dû lui permettre d’être le quatrième défenseur sacré dans l’histoire après Franz Beckenbauer (1972, 1976), Matthias Sammer (1996) et Fabio Cannavaro (2006). Les choses se sont déroulées autrement. Le colosse de Liverpool échoue donc à la deuxième place pour sa première année au classement. Incroyable. Mais encore insuffisant pour détrôner le roi Messi.

3e : Cristiano Ronaldo (Portugal – Juventus Turin)
On s’attendait à le voir en dehors du podium pour la première fois depuis 2010. Mais il ne faut jamais jurer de rien avec CR7. Le Portugais s’invite de manière un peu surprenante sur le podium de cette édition 2019. La force de l’habitude sans doute. Le quintuple vainqueur du trophée doré n’a pourtant pas connu une année 2019 aussi faste que les précédentes. Champion d’Italie, meilleur joueur de Serie A et vainqueur de la Ligue des nations avec le Portugal, le star de la Juventus a évidemment encore rempli son armoire à trophée. Mais, hormis son triplé incroyable face à l’Atlético Madrid en 8e de finale, il n’avait pas marqué les esprits comme les années passées. Sauf pour les votants visiblement…

4e : Sadio Mané (Sénégal – Liverpool)
C’est une énorme déception pour les supporters de la candidature de Sadio Mané. Et sans doute la plus grande injustice de cette édition 2019. Véritable agitateur du jeu de Liverpool, co-meilleur buteur de Premier League, vainqueur de la Ligue des champions mais également finaliste de la CAN avec le Sénégal, il aurait mérité de figurer un peu plus haut, à minima sur le podium. Car, sans lui, la saison de Liverpool aurait eu toute autre allure…

5e : Mohamed Salah (Egypte – Liverpool)
Il n’a pas connu une année statistique aussi riche qu’en 2018. Pourtant, Mo Salah parvient à grimper au classement. Et c’est logique. Co-meilleur buteur Premier League, vainqueur de la Ligue des champions et buteur en finale, l’Egyptien a tout fait pour porter Liverpool dans les moments décisifs. Mais, en 2019, le vrai détonateur des Reds s’appelle Sadio Mané. Et le Sénégalais est logiquement devant son coéquipier.

6e : Kylian Mbappé (France – PSG)
Trois ans et trois Tops 10 : entre Kylian Mbappé et le Ballon d’Or, l’histoire est déjà riche. Après sa 7e place en 2017, sa 4e l’année passée, le Français se classe à une sixième place plus qu’honorable en 2019. Champion de France et meilleur joueur de Ligue 1, le Parisien a dominé de la tête et des épaules la scène nationale. En revanche, et c’est le principal frein à sa candidature, il s’est encore arrêté trop tôt en Ligue des champions avec cette sortie de route piteuse en huitième de finale face à Manchester United. S’il veut devenir un candidat réel à la victoire finale, il sait au moins ce qu’il lui reste à faire.

7e : Alisson Becker (Brésil – Liverpool)
Un dernier rempart incroyable. Si Liverpool a autant gagné sur l’année, c’est aussi parce Becker a eu des allures de mur du côté d’Anfield. Le Brésilien a nettement participé au spectaculaire redressement défensif des Reds mais également au sacre brésilien en Copa America. Si sa blessure du début de saison l’a empêché de continuer sur sa lancée, nul doute qu’on reverra Alisson dans les moments qui comptent. A noter qu’il remporte également le premier trophée Yachine de l’histoire, récompensant le meilleur gardien de l’année.

8e : Robert Lewandowski (Pologne – Bayern Munich)
45 buts en 43 matches. A ce stade, les mots viennent à manquer pour qualifier l’année 2019 de Robert Lewandowski. La machine à marquer polonaise a encore traumatisé les défenseurs du monde entier par ses gestes cliniques dans la surface et son efficacité record. Vainqueur de la Bundesliga la saison passée, il lui manque encore ce titre majeur européen qui pourrait lui permettre de viser plus haut.

9e : Bernardo Silva (Portugal – Manchester City)
C’est une jolie récompense pour l’un des joueurs les plus élégants et les plus intelligents de la planète. Sa patte gauche délicieuse n’a cessé de régaler en 2019. Avec les Citizens, il a franchi un cap en prenant davantage le jeu à son compte et en pesant de tout son poids dans le triplé national. Avec le Portugal aussi, il a franchi des étapes. Vainqueur de la Ligue des nations, il s’est même offert le luxe d’être élu joueur de la compétition. Son classement est amplement mérité et représente une sacrée promesse pour les années à venir alors qu’il n’a « que » 25 ans.

10e : Riyad Mahrez (Algérie – Manchester City)
Un triplé avec Manchester City, une CAN historique avec l’Algérie : en 2019, Mahrez aura connu du succès comme jamais dans sa carrière. Le gaucher, très en forme depuis le début de saison des Citizens, s’invite pour la deuxième fois dans le Top 10 à la faveur d’une Coupe d’Afrique des Nations réussie. Son importance dans la troupe de Pep Guardiola, moins primordiale que d’autres joueurs classés dans ce Top 30, l’empêche de rééditer sa performance de 2016 où son sacre avec Leicester en Premier League avait surpris le monde entier.

11e : Frenkie de Jong (Pays-Bas – Ajax Amsterdam/FC Barcelone)
Une élégance rare, un talent brut et un caractère joueur. Voilà comment définir au mieux Frenkie de Jong, le joyau néerlandais qui a crevé l’écran cette année. Aux côtés de Matthijs de Ligt, il aura porté l’Ajax Amsterdam par ses relances audacieuses et sa science du jeu. Son transfert au FC Barcelone l’a emmené dans une autre sphère. Mais en 2019, la plus grande sensation, c’était lui !

12e : Raheem Sterling (Angleterre – Manchester City)
S’il existait un trophée de la meilleure progression, il serait probablement le grand gagnant. À 24 ans, Sterling continue de grandir à grand pas. Et c’est Pep Guardiola et Manchester City qui en profitent. Le feu-follet a signé une année statistique folle : 55 matches, 38 buts. Le triplé national de Manchester City plaide pour lui. Membre de l’équipe-type de la Ligue des champions mais également de Premier League, il récolte les lauriers de son travail.

13e : Eden Hazard (Belgique – Chelsea/Real Madrid)
C’est un fidèle du Top 30. Vainqueur de la Ligue Europa à Chelsea où il aura été le fer de lance des Blues, Hazard a pris une nouvelle dimension en signant enfin au Real Madrid l’été passé. Ses débuts compliqués chez la Casa Blanca ne plaident pas pour lui mais le Belge reste le fer de lance des Diables Rouges en sélection et l’un des joueurs les plus spectaculaires de la planète. Mais son année reste trop neutre pour un joueur de son talent pour accrocher le Top 10.

14e : Kevin de Bruyne (Belgique – Manchester City)
Il était dans le Top 10 l’an passé mais sa blessure l’a éloigné un temps des terrains en 2019. Revenu en pleine forme ces dernières semaines, de Bruyne reste l’un des meilleurs quarterbacks de la planète. Son palmarès avec City plaide pour lui (Premier League, League Cup et la Cup) mais difficile de viser beaucoup plus haut pour le Belge. Lui aussi est amené à revoir les sommets dans les années qui viennent…

15e : Matthijs de Ligt (Pays-Bas – Ajax Amsterdam/Juventus Turin)
La révélation de l’année, c’est probablement lui avec son acolyte Frenkie de Jong. À 20 ans, de Ligt a été l’un des meilleurs défenseurs de l’année, dégageant une assurance et un leadership primordiaux dans le parcours de l’Ajax Amsterdam en C1. Champion des Pays-Bas, il a été bluffant de bout en bout. Son été l’a envoyé vers la Juventus Turin où ses débuts ont été délicats mais où la situation s’améliore assez clairement. Au passage, il a succédé à Kylian Mbappé pour le trophée Kopa pour le titre de meilleur joueur de moins de 21 ans de l’année. C’est une première pour lui dans ce Top 30. A priori, pas une dernière…

16e : Sergio Agüero (Argentine – Manchester City)
Niveau régularité, difficile de faire mieux. En 2019, Agüero a encore affolé les compteurs : 49 matches, 35 buts. Il a aussi connu une année riche en titres avec City avec le fameux triplé du club mancunien (Premier League, League Cup et la Cup). Mais en Ligue des champions mais également avec l’Albiceleste, cela reste encore un peu court. Le « Kun » dans le Top 10, ce n’est pas encore pour cette année.

17e : Roberto Firmino (Brésil – Liverpool)
16 buts en 57 matches. Difficile de résumer Roberto Firmino par ses statistiques. Mais le Brésilien est bien l’un des meilleurs attaquants de la planète. Incontournable à Liverpool, moins attiré par les stats que Mané ou Salah, il est pourtant celui qui met en musique la symphonie offensive des Reds. Le Brésilien aurait sans doute mérité un peu mieux eu égard à son palmarès XXL cette saison (Ligue des champions et Copa America).

18e : Antoine Griezmann (France – FC Barcelone)
Grosse chute pour le Français. Logique tant son année 2019 aura été loin de son récital de 2018. Avec 19 buts en 53 matches cette année, il est loin de ses standards passés mais a décidé de prendre un risque majeur en quittant son Atlético pour devenir un lieutenant de Lionel Messi. En revanche, chez les Bleus, rien n’a changé : c’est encore et toujours lui le leader offensif de la troupe de Didier Deschamps.

19e : Trent Alexander-Arnold (Angleterre – Liverpool)
Le meilleur latéral au monde, c’est assurément lui en 2019. Son corner plein de malice face au Barça est le symbole d’une saison où il se sera affirmé dans le couloir droit des Reds. Histoire d’ajouter un peu de clinquant à sa candidature, il est l’un des meilleurs passeurs d’Europe.

20e : Dusan Tadic (Serbie – Ajax Amsterdam)
Sa démonstration face au Real Madrid est encore dans toutes les mémoires. Le gaucher, élégant meneur de jeu, a participé à la fabuleuse épopée de l’Ajax en Ligue des champions. Champion des Pays-Bas, il signe une année 2019 fabuleuse d’un point de vue statistique : 57 matches, 31 buts.

20e : Pierre-Emerick Aubameyang (Gabon – Arsenal)
Co-meilleur buteur de Premier League et finaliste de la Ligue Europa, Aubameyang continue de porter de pâles Gunners par ses buts. Mais le Gabonais est trop court en terme de titres collectifs pour espérer accrocher une meilleure place finale.

  • Social Links: