Les travailleurs de l’agence de Contrôle des installations électriques intérieures (Contrelec) sous l’égide du Syndicat national des travailleurs de Contrelec (Syntraco) sont mécontents de la gestion de leur Directeur général…

Contrelec: Les travailleurs crient leur ras-le-bol et revendiquent

Contrelec: Les travailleurs crient leur ras-le-bol et revendiquent

Les travailleurs de l’agence de Contrôle des installations électriques intérieures (Contrelec) sous l’égide du Syndicat national des travailleurs de Contrelec (Syntraco) sont mécontents de la gestion de leur Directeur général Mohamed Masmoudi Saïzonou. Au cours d’un sit-in organisé ce lundi 30 décembre 2019 au siège de Contrelec à Akpakpa (Cotonou), ils ont dénoncé ce qu’ils qualifient de «gestion cavalière, solitaire, opaque et royale». La motion de grève a été lue par le Secrétaire général de Syntraco, Désiré Kassa qui invite le Ministre de l’énergie à siffler la fin de la recréation.  

Entre le Directeur général de Contrelec, Mohamed Masmoudi Saïzonou et ses travailleurs, plus rien ne va. Ces derniers dénoncent, entre autres, les frais de péage journaliers illégalement octroyés au Dg à la charge de Contrelec, la probable révision fantaisiste en cours de gestation du contrat de location du bâtiment abritant la direction générale de la société, la double emploi des frais de téléphone du Dg, le double emploi du carburant de fonctionnement des directeurs nonobstant les multiples dénonciations du Ben/Syntraco. A cet effet, les travailleurs à travers le Secrétaire général du Syntraco, Désiré Kassa, exigent de la direction, la satisfaction totale de tous les points listés dans les considérants, le remboursement de tous les frais journaliers de péage illégalement perçus par le Dg, le remboursement de toutes les primes de téléphone abusées par le Dg, la suppression de tous carburants de fonctionnement détournés par les directeurs (mode opératoire double emploi), le remboursement des frais de mission du projet NIEBA PQME au personnel depuis deux ans, l’existence du numéro Ifu de Contrelec, l’application morale et immédiate des échelons (avancement) du personnel suivi des rappels. «En tout état de cause, les travailleurs de Contrelec tiennent responsables toutes les autorités de l’administration de Contrelec des déconvenues qui découleraient de la non satisfaction de ces légitimes revendications ci-dessus énumérées», martèle Désiré Kassa qui invite le Ministre de l’énergie à siffler la fin de la récréation.

M.M.

  • Social Links: