Béninoises et Béninois, chers compatriotes, Je voudrais en premier rendre hommage au peuple béninois, pour son amour pour la patrie, pour la démocratie, pour la culture de la paix qui…

2020: Les voeux du président de l’Assemblée nationale

2020: Les voeux du président de l’Assemblée nationale

Béninoises et Béninois,
chers compatriotes,

Je voudrais en premier rendre hommage au peuple béninois, pour son amour pour la patrie, pour la démocratie, pour la culture de la paix qui le caractérise, pour la tolérance qu’il a historiquement élevée au rang de vertu cardinale et qu’il chérit avec un engagement constant, un engagement qui sublime sa maturité, à chaque carrefour important qui le projette dans le champ de vision et sous les projecteurs du monde.

Chers compatriotes,

Depuis environ trente (30) ans, notre pays a bâti un modèle démocratique qui a souvent été salué, parfois pour les conditions exceptionnelles de son émergence, d’autres fois pour sa singulière vitalité assurée par la multiplicité des partis politiques, enfin pour la qualité des relations interinstitutionnelles, dans un continent dont l’inclination démocratique demeure plutôt embryonnaire.
Une génération a bâti une jalouse fierté sur cet éclatant héritage ; mais il est loisible de noter qu’en dépit de ces succès réels, de l’éclat et de la face lisse et policée de notre modèle, des étincelles couvent sous la cendre ; une plaie purulente s’épanouit en dessous de l’épiderme ensoleillé que des soins cosmétiques parent d’artifices chatoyants.
« Gouverner, c’est prévoir », se fut exclamé un jour, Adolphe Thiers, acteur politique révolutionnaire, défenseur de la République et des libertés, qui sut manier la carotte tant qu’elle était convenable pour avancer, et user du bâton, tant qu’il ne lui parut en falloir moins pour préserver la République contre des risques périlleux à l’avenir, contre l’anéantissement qui profile à l’horizon.
C’est le cas de notre pays où la réforme du système partisan, selon tous les diagnostics, était devenue nécessaire pour que demain encore, le génie béninois qui aura produit, hier, le modèle de la Conférence nationale des Forces vives de la Nation, génère le nouveau modèle politique qui préservera le destin de notre pays contre l’émiettement partisan qui allait déboucher, immanquablement – et si on ne l’endiguait – sur le déchirement total et irréversible du tissu national.
Il fallait un homme audacieux pour le vouloir, et des élus nationalistes pour le réaliser.
Chaque institution de la République s’est employée à jouer sa partition.
Cependant les remous qui ont découlé de l’inaptitude de bon nombre de partis politiques à prendre part aux dernières élections législatives, au regard des observations des institutions en charge du processus, et les crises qu’ils ont générées ont asséné un violent coup à l’image de notre pays ; pays de paix et de démocratie, pays de fraternité.

Chers compatriotes,

En ce qui concerne spécifiquement le parlement, mes collègues et moi avons, au cours des sept (07) mois qui viennent de s’écouler, œuvré de façon consciencieuse, dans l’intérêt de notre commune patrie, pour le retour d’un climat de paix et de fraternité, en prenant une part active au dialogue politique initié par le chef de l’Etat dont la mise en œuvre s’est matérialisée par la réforme constitutionnelle, la relecture du code électoral et de la charte des partis politiques, le vote des lois sur l’amnistie, le statut de l’opposition, le financement public des partis politiques, pour ne citer que celles-là. Par ces réformes, nous avons vaincu le syndrome de s’éterniser au pouvoir par l’invention de la célèbre formule : « Nul ne peut de sa vie ».
A l’orée de la nouvelle année, mon souhait est que la fièvre retombe, que la crise et la tension rentrent définitivement dans le passé ; et qu’ainsi les fils et filles de notre pays retrouvent, avec fierté, cette fibre patriotique qui nous lie, par la fraternité, les uns aux autres, et fait battre à l’unisson nos cœurs, au-delà de nos intérêts égoïstes, et dans l’intérêt supérieur de la nation.
En dépit d’une année difficile sur un autre front, celui de la fermeture de nos frontières avec le Nigeria, mes collègues et moi, nous nous sommes employés à offrir à l’Exécutif les moyens d’apporter plus d’eau, d’électricité, d’infrastructures routières, d’écoles, de centres de santé… en votant la loi 2019-46 portant loi de finances.
Pour l’année 2020 qui va s’ouvrir dans quelques heures, nos actions s’inscriront dans la même dynamique. Notre leitmotiv sera le développement de notre cher pays, le Bénin et le bien-être réel de chaque Béninois. Nous voterons des lois qui sont de nature à améliorer directement le quotidien de tous les Béninois.
Nous comptons également mettre un accent particulier sur le contrôle de l’action du gouvernement. Vous avez dû remarquer que nous avons déjà donné le signal avec la séance plénière tenue le jeudi 26 décembre dernier, plénière au cours de laquelle des membres du gouvernement sont passés s’expliquer aux députés suite à leur interpellation.
Par ailleurs, nous nous impliquerons davantage dans la crise liée à la fermeture unilatérale des frontières du Nigeria avec plusieurs pays voisins dont le Bénin. Nous nous appuierons notamment sur la coopération interparlementaire.
Enfin, cette année devant être marquée par l’organisation des élections communales, je voudrais souhaiter que chacun des acteurs impliqués dans le processus d’organisation de ces élections joue pleinement sa partition pour donner à nos compatriotes une nouvelle occasion de se prononcer librement sur la gestion des affaires de la cité.
Les épreuves politiques, économiques, sociales bref les épreuves de l’existence, égratignent souvent notre bien-être, ébranlent nos rêves et nos espoirs. Mais le temps qui passe nous apprend à devenir meilleurs. 2020 nous apporte de nouvelles raisons d’espérer. La 8e Législature y travaillera.
Je souhaite donc à toutes et à tous, une très bonne santé, un sens plus élevé du patriotisme, beaucoup de persévérance dans la reconquête de nos valeurs morales, culturelles et démocratiques.
Que cette année que je souhaite florissante pour vos activités habituelles, voie naître vos nouvelles initiatives sous des vents cléments et favorables de la Paix.

Bonne année 2020 !
Vive le Bénin !
Je vous remercie.

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau

  • Social Links: