Les Béninois s’habituent peu à peu aux moyens de paiement électronique. Dans les supermarchés, en pharmacie et autres boutiques, ils sont nombreux à utiliser de plus en plus ces nouvelles…

Développement de l’économie numérique: Engouement pour les achats en ligne

Développement de l’économie numérique: Engouement pour les achats en ligne

Les Béninois s’habituent peu à peu aux moyens de paiement électronique. Dans les supermarchés, en pharmacie et autres boutiques, ils sont nombreux à utiliser de plus en plus ces nouvelles technologies pour régler leurs achats et transactions.

Au carrefour Wawata-Zounto dans la commune de Zê à 35 km au nord de Cotonou, Emile Sogbadji tient l’unique kiosque de transactions digitales de la localité. Il reçoit environ 200 abonnés Gsm par jour, selon ses estimations. « Ils viennent faire des dépôts et des retraits d’argent », confie-t-il. Depuis deux ans, son centre est le lieu de rencontre de toutes les couches du village. Jeunes comme adultes, riches ou pauvres y mènent diverses transactions.
Boniface Boutokpo, agriculteur à Zê, envoie de l’argent à ses enfants qui étudient à Allada par ce moyen de paiement. Pour lui, cette technologie facilite les transactions et limite les tracasseries. A l’en croire, cette forme de paiement a rendu les transactions plus simples, rapides et sécurisées.
« J’envoie de l’argent à mes enfants sans me déplacer et ils le reçoivent rapidement », se réjouit-il.
Comme Boniface, beaucoup de femmes des marchés se sont habituées et sont à leur aise avec ce mode de payement. Les smartphones et Android sont alors devenus des outils prisés en raison de leur efficacité à cette fin.
Françoise Tossou, vendeuse de divers produits au marché de Togba, avoue faire ses commandes et les payer par téléphone. « Je n’ai plus besoin de me déplacer pour acheter mes marchandises »,
détaille-t-elle. Il suffit, explique-t-elle, d’appeler le vendeur, pour faire les commandes, payer et envoyer son chauffeur chercher. Pour Olive Francisco, collaboratrice à La Voix des Consommateurs, ces nouveaux moyens d’achat et de paiement permettent à la femme d’entreprendre librement et de s’autonomiser, notamment grâce à la microfinance digitale. « Le numérique s’intègre ainsi à tous les secteurs et permet à la femme de s’affirmer », ajoute-t-elle.
Pour Thierry Ahouassou, directeur général par intérim de l’Agence des services des systèmes d’information (Assi), la digitalisation des moyens de paiement est favorisée par la mise en place par l’Etat des infrastructures de télécommunications et des Tic (Pdi2t). « Nous avons d’une part le cadre réglementaire, la plateforme d’interopérabilité au niveau de la Bceao, et l’ensemble des services fournis par les Gsm, les start-up et les entreprises privées sont, d’autre part, les avancées notables dans la digitalisation des moyens de paiement au Bénin», explique-t-il.
Eudoxe Gauthé, expert en marketing digital, vice-président du patronat des start-up du Bénin, fait remarquer que les transactions financières dématérialisées ont pris de l’ampleur ces dernières années. « Il y a quelques années, le paiement électronique était inexistant au Bénin, mais de nos jours, il fait partie du quotidien des populations », assure-t-il.
Selon le directeur général de l’Assi, Thierry Ahouassou, le projet d’urbanisation de la Société béninoise d’énergie électrique va démarrer sous peu avec pour premier jalon de fournir très rapidement en termes d’utilité des services de paiement des factures, tout au moins pour le prépaiement des factures. Il s’agira de fournir un dispositif qui permettra de payer en ligne. A tout ceci, s’ajoutent les paiements d’impôts en ligne.
« Il y a une volonté du gouvernement de fournir des services aux citoyens en s’appuyant sur les plateformes de paiement », renchérit-il. A l’en croire, cet écosystème du numérique offre de nombreuses opportunités. Non seulement la digitalisation va favoriser les échanges entre les pays de l’Uemoa grâce à la plateforme d’interopérabilité, mais aussi les fournisseurs Gsm ont un taux de pénétration assez intéressante dû au déploiement de la fibre optique.
« L’Etat envisage aussi de mettre en place sa plateforme de façon à inter-opérer avec tout cet écosystème », revèle-t-il.

Des cercles vertueux de transactions

Le paiement numérique présente beaucoup d’avantages pour les populations. Pour Thierry Ahouassou, le citoyen n’a plus besoin de se rendre au guichet, il évite le contact avec l’administration ainsi que tous les risques de corruption, gagne du temps et bénéficie de l’accès facile et équitable aux services publics. « La dématérialisation va conduire à la mise en place d’un cercle vertueux », note-t-il. C’est pourquoi, il faut sensibiliser les cadres de l’administration sur la sécurité informatique, l’accès au service et autres pour motiver les usagers. Les populations pour leur part se réjouissent de l’avènement de cette révolution.
Pour Joslyn Houessou, opérateur économique, les transactions physiques avec des liquidités ne présentent plus beaucoup d’intérêts et se soldent souvent par une grosse perte de temps, sans parler des risques de perte ou de vol. « Vous n’êtes pas en sécurité en portant de grosses sommes sur vous, car vous pouvez être surpris à tout moment par les divorcés sociaux », a-t-il indiqué.
Roger Aboudjou, agent à la mairie de Cotonou, pense que le paiement des salaires par voie électronique, par carte bancaire, téléphone mobile ou toute autre technologie, va favoriser la bancarisation, limiter les risques et réduire la corruption. Pour lui, les tracasseries sont énormes pour le travailleur qui doit faire la queue pour toucher son salaire, ensuite se déplacer pour payer en espèces les frais d’école, les factures d’eau et d’électricité. Toutes choses que le paiement numérique facilite en quelques secondes. Comme lui, beaucoup de retraités saluent la bancarisation des salaires. Les agents de l’Etat touchent désormais leurs soldes sans perdre de temps dans les longues files. Le Bénin est en passe d’une transformation numérique qui touche tous les secteurs et les autorités sont conscientes qu’il est nécessaire de bâtir la confiance numérique. La création de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) et l’adoption de ses textes en Conseil des ministres, du Code du numérique, la construction du data center, la mise en place des infrastructures à clés publiques et autres, constituent des pas de géant posés pour la sécurité dans le cyberespace. Des perspectives heureuses pour les consommateurs et les entreprises.
A Cotonou comme dans les autres villes du Bénin, aux points de vente des produits Gsm et autres kiosques, nul n’est plus en marge des paiements digitaux et des achats en ligne. Une avancée qui débouche le plus souvent sur le commerce en ligne grâce, selon Eudoxe Gauthé, à l’émergence de sites y dédiés.

Des offres et achats s’accroissent

Grâce à l’internet haut débit, le commerce digital ne cesse de se développer au Bénin. Via les réseaux sociaux ou les plateformes numériques, les offres à ce propos s’accroissent. En dehors des Gsm, ce terrain d’innovations suscite un vif intérêt chez de nombreux acteurs, les start-up, les FinTech et surtout les géants du net que sont les Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon). Ces derniers cherchent à se positionner pour la relation client, la monétisation des données, les services connexes à valeur ajoutée…
Spécialiste en acquisition client, Eudoxe Gauthé pense que ces technologies contribuent énormément à l’essor de l’économie numérique au Bénin. « Cela favorisera l’éclosion de nombreuses startup qui pourront proposer des moyens de paiement électronique adaptés au marché béninois ».

  • Social Links: