Les mesures du cordon sanitaire contre le coronavirus, à l’instar des départements du Littoral et de l’Atlantique, sont entrées en application depuis ce lundi dans l’Ouémé. Une certaine intransigeance a…

Effectivité du cordon sanitaire contre le Covid-19: Des médecins et magistrats refoulés dans l’Ouémé

Effectivité du cordon sanitaire contre le Covid-19: Des médecins et magistrats refoulés dans l’Ouémé

Les mesures du cordon sanitaire contre le coronavirus, à l’instar des départements du Littoral et de l’Atlantique, sont entrées en application depuis ce lundi dans l’Ouémé. Une certaine intransigeance a été notée au niveau des dispositifs sécuritaires, refoulant toute personne sans dérogation préfectorale dont même des médecins et des magistrats qui allaient au service.

« Le directeur général de la Police républicaine a été ferme. Personne ne doit passer sans dérogation, même député ou ministre parce qu’on ne sait pas qui est vecteur de cette maladie ». Cette déclaration du commissaire d’arrondissement de Honvié dans la commune d’Adjarra, le capitaine Faïssal Assani, témoigne de la rugosité des dispositifs sécuritaires déployés dans l’Ouémé dans le cadre de la riposte contre le Covid-19. Lesquels sont érigés à des points stratégiques d’entrée et de sortie du cordon sanitaire qui regroupe les communes de Sèmè-Podji, Porto- Novo, Adjarra, Akpro-Missérété et Aguégués. Une barrière est installée sur la route Porto-Novo-Adjarra-Avrankou- Ifangni-frontière Nigeria. Elle est érigée au niveau de l’arrondissement de Ouanho, limite entre Avrankou et Adjarra. La commune d’Akpro-Missérété en abrite trois check-points. Le premier à la frontière entre Dangbo et Akpro-Missérété sur la route Akpro-Missérété-Dangbo-Adjohoun-Bonou-Ounhi-Kpédékpo, le second au niveau de Katagon, arrondissement frontalier entre Akpro-Missérété et Sakété sur l’axe Porto-Novo-Pobé-Kétou et le dernier au niveau du village de Gbégnidji à Akpro-Missérété donnant sur Avrankou. Tous ces points d’entrée et de sortie sont fermés avec des chicanes et gardés par une équipe mixte composée de militaires et de policiers armés. Le commissaire de Honvié rassure de l’application à la lettre des instructions reçues de sa hiérarchie pour la réussite de l’opération qui se poursuit jusqu’au dimanche 12 avril prochain. Du coup, toute personne cherchant à traverser la barrière sans dérogation préfectorale est systématiquement refoulée. Selon lui, même des médecins et magistrats ayant quitté Avrankou et Ifangni en direction de Porto-Novo et Cotonou pour le service, ce lundi matin, ont été purement et simplement éconduits. Ces fonctionnaires, à en croire le capitaine Faïssal Assani, ont dû rebrousser chemin pour rentrer chez eux. Certains d’entre eux ont promis d’informer leur hiérarchie pour que des dérogations spéciales leur soient délivrées afin de leur permettre de franchir la barrière.

Promiscuité des villes, le gros défi

Pour le commissaire, les cas des médecins allant au service au Centre hospitalier universitaire Hubert Koutoukou Maga de Cotonou et au centre de santé de Suru-Léré pouvaient se comprendre s’ils étaient dans une équipe médicale et en ambulance. Mais ils étaient tous dans leurs véhicules privés. Il ne pouvait rien faire pour eux dans ces conditions, étant donné que les instructions sont claires, insiste Faïssal Assani. Celui-ci se réjouit que tout se passe bien au niveau de son poste de sécurité. Aucun incident n’a été relevé pour le compte de la première journée. Le commissaire dit avoir bénéficié de l’appui de la population dénonçant parfois les gens qui tentent de contourner les barrières sécuritaires pour s’infiltrer dans ou hors du cordon sanitaire. Il salue par ailleurs la discipline des responsables des gares routières qui ont maitrisé leurs collègues. Selon lui, aucun véhicule de transport en commun, minibus, bus et autres taxis n’était en circulation. Comme à Adjarra, le même constat a été fait du côté d’Akpro-Missérété. Les parcs automobiles étaient déserts. Selon le commissaire de l’arrondissement d’Akpro-Missérété, le capitaine Narcisse Ahinon, seuls les véhicules de transport de marchandises sont autorisés à franchir sa barrière située entre Dangbo et Akpro-Missérété. Il a été relevé aussi le passage des camions transportant de sable sans dérogation. Interrogé sur la question, le fonctionnaire de Police dit avoir reçu dans ce sens des instructions de sa hiérarchie. L’autre succès de l’opération est la fermeture des bars et buvettes. Tous les tenanciers ont fermé même si certains récalcitrants ont été enregistrés par endroits sur le terrain.
« Nous procédons à une fermeture forcée quand nous débusquons des bars et des buvettes qui font semblant de fermer », insiste-t-il. Tout comme son collègue de Honvié, le commissaire de police de l’arrondissement d’Akpro-Missérété note comme grosse difficulté, la promiscuité entre certaines communes du cordon sanitaire notamment Avrankou et Adjarra, Porto-Novo et Akpro-Missérété ainsi que Dangbo avec Akpro-Missérété et Aguégués. Cette situation ne facilite pas la tâche aux équipes sur le terrain. Mais les patrouilles veillent au grain pour limiter autant que faire se peut les infiltrations dans un sens comme dans l’autre du cordon sanitaire, assure le capitaine Narcisse Ahinon.

  • Social Links: