Après en avoir été privés durant plusieurs années, la fourniture d’eau potable est rétablie dans une centaine d’établissements scolaires du Mono et du Couffo, et les apprenants en profitent depuis…

Lutte contre le coronavirus dans le Mono-Couffo: La fourniture d’eau potable rétablie dans plusieurs écoles

Lutte contre le coronavirus dans le Mono-Couffo: La fourniture d’eau potable rétablie dans plusieurs écoles

Après en avoir été privés durant plusieurs années, la fourniture d’eau potable est rétablie dans une centaine d’établissements scolaires du Mono et du Couffo, et les apprenants en profitent depuis lundi 11 mai dernier, jour de la reprise des classes. C’est suite aux instructions du gouvernement visant à rendre disponible le liquide précieux pour, entre autres besoins, permettre aux bénéficiaires de se laver convenablement les mains au titre des gestes barrières contre la propagation du coronavirus.

A l’école primaire publique Zounhouè Kpakpassa, dans la commune d’Athiémé, l’eau potable jaillit à nouveau du robinet. Connecté aux installations de la Soneb (Société nationale des eaux du Bénin), ce robinet, qui n’est plus sec depuis peu, met fin à la corvée à laquelle les apprenants étaient soumis à la recherche du liquide précieux. Revenus lundi 11 mai 2020 du congé de Pâques prolongé, Crépin Houédjihoundé et ses camarades savourent la disponibilité de l’eau potable dans l’enceinte de leur établissement scolaire. « On allait chercher l’eau dans les maisons voisines de l’école et ceci, depuis que j’ai commencé le cours d’initiation jusqu’en classe du Cm2 (cours moyen deuxième année) », raconte l’écolier Crépin Houédjihoundé. Heureux d’avoir désormais un point d’eau à portée de main, il ajoute que cela n’a pas été possible sans la volonté du gouvernement. « On nous a dit que le gouvernement nous a donné de l’eau pour nous laver les mains afin d’éviter le coronavirus », fait-il valoir.
Basile Ahouansou, le directeur de l’école, clarifie que c’est depuis près de six ans que la fourniture de l’eau a été suspendue à cause de plusieurs factures non payées. « Grande est notre joie d’apprendre que le gouvernement a fait rétablir notre compteur eau. C’est un grand soulagement », se réjouit le directeur qui manque de mots pour exprimer sa gratitude.
Au quartier Agnivèdji, à Lokossa, la même joie anime le personnel enseignant et les élèves de l’établissement baptisé Ecole primaire publique de Gendarmerie. Ici, le compteur eau a été rétabli samedi 9 mai dernier en prélude à la reprise des classes. « Il y a plus de deux ans que le compteur était retiré », soutient Irénée Sossou en fonction dans l’école depuis 2016. Au dire de l’institutrice, les apprenants vont chercher, chaque soir, de l’eau dans le quartier pour leurs divers besoins. Et pour changer la donne, Michel Fangniwa nommé en janvier 2020 à la tête du groupe B de l’école dit avoir pris l’engagement d’introduire dans leur prochain budget, le paiement échelonné de la dette vis-à-vis de la Soneb. Heureux de voir le liquide rétabli plus tôt qu’il ne l’avait imaginé et sans dépenser le moindre kopeck, le directeur clame que « le gouvernement a sauvé les élèves de l’Epp Gendarmerie ». Un peu plus loin, à Adjacomè, un autre quartier de Lokossa, la Soneb avait retiré son compteur de l’école primaire publique contenant une maternelle et deux groupes de cours primaire. Et ceci pour la même raison liée aux factures impayées. Selon Sonia
Degbefan, directrice du groupe A, les factures étaient devenues insupportables pour l’établissement du fait d’une entreprise qui aurait utilisé l’eau du robinet pour construire, en 2016, quelques salles de classe. Ne sachant à quel saint se vouer, on s’est résolu ici aussi à porter la croix. Mais, le gouvernement vient de leur apporter soulagement. Sur ses instructions, des agents de la société de commercialisation de l’eau potable sont venus remettre le compteur. Et l’eau jaillit déjà au grand bonheur de Crains-Dieu Kpakpassou et ses camarades. « Nous remercions le président Talon et son gouvernement pour leur geste qui nous permet de combattre les maladies notamment le coronavirus », déclare Crains-Dieu Kpakpassou, candidat au prochain examen du certificat d’études primaires.

LIRE AUSSI:  Trois questions à Amnock Akpo, coordonnateur de l’arrondissement d’Allada centre: « La Cena a pris toutes les dispositions pour un bon déroulement du scrutin »

Une centaine d’écoles en joie

Si les factures impayées cumulées sont la cause de la rupture de la fourniture de l’eau potable dans la plupart des établissements précédemment desservis par la Soneb, à Comé, par contre, certains écoliers se sont retrouvés en difficulté parce que le compteur Eau a été volé par des indélicats. Lesquelles difficultés sont également levées depuis quelques jours grâce aux instructions du gouvernement. Le compteur volé a été remplacé. Cette série d’actions s’inscrit dans le cadre des mesures prises pour permettre une reprise sécurisée des activités scolaires dans un contexte de coronavirus. Basile Gamavo, directeur régional de la Soneb, précise que c’est déférant aux instructions du Conseil des ministres que sa direction générale a mis les moyens à disposition pour rétablir la fourniture d’eau potable dans les écoles en difficulté.
A en croire Basile Gamavo, il y a, au total, une quarantaine de compteurs remis en place dans des écoles du Mono contre 23 pour le compte du département du Couffo. En plus de la centaine d’écoles sorties de difficultés, celles se trouvant à proximité des réseaux de distribution de la Soneb sont également en train d’être prises en compte. Le gouvernement qui procède cas par cas, se soucie aussi du sort du reste des écoles implantées dans des localités non couvertes par la Soneb. Cette catégorie, au dire de Basile Gamavo, aura satisfaction grâce au programme de renforcement des installations de la Soneb ainsi que les autres projets d’adduction d’eau villageoise en cours d’exécution. Pour le moment, ils ne sont que 132 établissements scolaires disposant d’au moins un robinet d’eau potable servie par la Soneb. Dans le Couffo, on dénombre 77 écoles tant de l’Enseignement maternel et primaire que du secondaire contre 55 pour le Mono dans les mêmes sous-ordres de l’Enseignement.

  • Social Links: