De nouveau au cœur des critiques de ses clients pour la résurgence des coupures fréquentes d’électricité dans les ménages et entreprises, la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) est devenue l’otage…

Énergie électrique: La Sbee prise en otage par un prestataire béninois

Énergie électrique: La Sbee prise en otage par un prestataire béninois

De nouveau au cœur des critiques de ses clients pour la résurgence des coupures fréquentes d’électricité dans les ménages et entreprises, la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) est devenue l’otage de l’un de ses prestataires nationaux dont le trafic d’influence a traversé les frontières et risque de créer un incident diplomatique.

Un état de monopole dans l’attribution des marchés publics à la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) en faveur d’un opérateur économique béninois qui, à défaut de ses propres sociétés, désigne les autres sociétés adjudicataires. La situation, plusieurs fois déjà relevée par les médias, a pris une proportion internationale avec les manœuvres engagées par cet opérateur béninois pour faire désister une société étrangère ayant gagné récemment un marché à la Sbee dont elle n’a jamais reçu notification. En lieu et place de la notification du marché dont elle a été reconnue et déclarée la moins disante, donc gagnante, ce sont des émissaires de l’homme d’affaire béninois ayant le monopole des marchés à la Sbee que les responsables de la société, établie dans un pays de la CEDEAO, reçoivent avec des propositions de compensation à leur désistement.

Après les échecs des tentatives de l’opérateur économique béninois à obtenir le désistement de la société étrangère, des responsables de la Sbee ont eux aussi tenté d’approcher la société étrangère adjudicataire en lui présentant des arguments de non disponibilité de ressources qui justifient leur demande de son désistement. Là aussi, échec et mat.  La société dit ne vouloir que la notification du marché pour lequel son offre a été jugée la moins disante et s’étonne de cette obsession à la faire désister pour un marché qu’elle a gagné, au motif de la non disponibilité de ressources et le remettre à une autre société qui, pendant la compétition, avait présenté une offre plus chère.

Les  entrées présumées de cet opérateur économique béninois auprès de personnes proches du Président de la République Patrice Talon sont connues même si elles sont démenties ou relativisées par d’autres acteurs du sérail. Son influence sur le Président du Conseil d’administration de la Société béninoise d’énergie électrique est connue et dénoncée sous la gestion du précédent directeur général par plusieurs médias béninois. Tant il en usait pour gagner pratiquement tous les marchés de la société avec des défauts, des contrefaçons et autres insuffisances dans l’exécution. Les cas sont légions, allant de la fourniture de compteurs électriques à la vente d’un camion grue en passant par la vente d’un bus de marque Scania récemment.

Et les cas où certains marchés lui échappent, les sociétés adjudicataires avaient toutes les peines du monde pour être payées après prestation parce que l’homme fort décidait de quand et comment elles allaient être payées.

Mais qu’il soit resté aussi influent, sinon encore plus, dans l’attribution des marchés de commandes de la société même sous l’actuel directeur général est simplement incompréhensible pour beaucoup de personnes qui ont espéré que le changement à la tête de la société aiderait à mettre fin à ce monopole tacite dont disposait cet opérateur économique béninois dans la gestion de la chaîne des marchés publics au sein de la Société béninoise d’énergie électrique.

Le récent fait d’arme de ce fournisseur privilégié de la Sbee, selon les informations parvenues à notre rédaction, pourrait induire le Bénin dans un incident diplomatique car la victime entend se faire entendre auprès d’instances sous régionales habilitées à connaître de telles brimades.

M.M

Matin Libre

  • Social Links: