La Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), statuant en matière criminelle ce lundi 22 juin, a condamné le sieur Cyr Roméo Houngbédji, employé de l’ex-Carder Atlantique/Littoral,…

Criet/ Détournement de deniers publics: 15 ans de prison ferme pour Cyr Roméo Houngbédji

Criet/ Détournement de deniers publics: 15 ans de prison ferme pour Cyr Roméo Houngbédji

La Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), statuant en matière criminelle ce lundi 22 juin, a condamné le sieur Cyr Roméo Houngbédji, employé de l’ex-Carder Atlantique/Littoral, à 15 ans d’emprisonnement ferme pour détournement de deniers publics. L’accusé reste en prison encore pour onze ans.

La Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) a la main lourde vis-à-vis des personnes poursuivies pour des faits de détournement de deniers publics. Cyr Roméo Houngbédji l’a appris à ses dépens ce lundi 22 juin. Il a écopé de 15 ans d’emprisonnement ferme à l’issue de la sixième journée de la quatrième session criminelle au titre de l’année judiciaire 2019-2020 de la Criet. En plus, l’accusé a été condamné à 10 millions F Cfa d’amende et à 17, 316 millions F Cfa à titre de dommages-intérêts, représentant la somme détournée. La peine d’emprisonnement retenue par la cour a été plus sévère que celle requise par le ministère public représenté par Ulrich Gilbert Togbonon, procureur spécial près la Criet. Le parquetier a requis, en effet, 10 ans d’emprisonnement ferme contre Cyr Roméo Houngbédji et l’interdiction à l’exercice de tout emploi public pendant cinq ans après sa sortie de prison. La cour a décidé d’aller au-delà en portant la peine à 15 ans d’emprisonnement ferme.
Les faits de la cause ont été reconnus par l’accusé tant à l’enquête préliminaire que devant le magistrat instructeur ainsi qu’à la barre hier. Cyr Roméo Houngbédji reconnait avoir utilisé à des fins personnelles les 17, 316 millions F Cfa issus de la vente aux producteurs des engrais mis à la disposition de l’ex-Carder Atlantique/Littoral par la Centrale d’achat des intrants agricoles (Caia). Il devrait reverser les fonds au Trésor public. Mais il ne l’a pas fait. L’accusé a gardé par devers lui les 17,316 millions F Cfa qu’il a investis dans des activités économiques pouvant lui générer de bénéfices. Cyr Roméo Houngbédji dit avoir placé cinq millions F Cfa dans une institution de microfinance et investi une partie de l’argent dans l’activité d’essence frelatée à Parakou et à Glo-Djigbé dans la commune d’Abomey-Calavi. Pourquoi de tels investissements avec l’argent de l’Etat qui ne t’appartient pas ?, demande à l’accusé la présidente de la cour de céans, Islamiath Moustahpa. Cyr Roméo Houngbédji répond avoir été convaincu à cet effet par certains de ses amis. Il a tenté de plonger aussi sa supérieure hiérarchique, dame Yvette Adjé qui, de temps à autre, passe de l’argent dans les fonds de vente pour ses besoins personnels et les rembourse plus tard.
Un témoin coincé.
Invitée à la barre en qualité de témoin des faits, cette dernière n’a pas contredit son ex-collaborateur. Seulement, Yvette Adjé précise avoir passé l’argent dans des circonstances exceptionnelles, notamment de santé. Et qu’elle a aussitôt remboursé ce qu’elle a pris. Le ministère public a condamné ce comportement de dame Yvette Adjé qui pouvait être aussi poursuivie pour une sanction pédagogique. Car, elle devrait donner le bon exemple en tant que responsable, souligne Gilbert Ulrich Togbonon avant d’insister que l’argent de l’Etat ne se passe pas. L’Etat béninois représenté à la barre par l’Agent judiciaire du Trésor (Ajt) se constitue partie civile. Il réclame le remboursement intégral
7 316 000 F Cfa détournés en guise de réparation du préjudice financier subi par l’Etat béninois.
Me Josette Atadé-Topanou, commise d’office par le barreau pour assurer les intérêts de l’accusé, rassure la cour que son client remboursera le montant mis à sa charge. Mais elle implore le pardon et la clémence de la cour pour une douce application de la loi. Ceci afin de permettre à l’accusé de vite recouvrer sa liberté pour bien conduire les procédures judiciaires de récupération des fonds qu’il a engagées contre les nombreuses personnes à qui il les a remis pour les fructifier. Mais Me Josette Atadé-Topanou n’a pas été suivie par la cour qui retient son client dans les liens de l’’accusation et le condamne à 15 ans d’emprisonnement ferme. Cyr Roméo Houngbédji, placé sous mandat de dépôt le 29 septembre 2016, reste en prison encore pour un peu plus de onze ans.

Les faits

Cyr Roméo Houngbédji, conseiller en Production végétale, est un employé de l’ex-Carder Atlantique/Littoral. La Centrale d’achat des intrants agricoles (Caia) a mis à la disposition de sa structure des engrais à vendre aux producteurs. Profitant de l’absence de sa supérieure hiérarchique, dame Yvette Adjé, partie à deux mois de congé administratif pour des raisons de formation, Cyr Roméo Houngbédji a détourné la somme de 17 316 000 F Cfa qu’il était chargé de verser au Trésor public pour le compte du Carder. A l’issue d’un contrôle qui a été fait courant septembre 2016 par son supérieur hiérarchique, il a été constaté un manquant de 17 316 000 F Cf .

Formation de jugement

Président : Islamiath Moustapha
Assesseurs : Christelle Adonon et Bienvenu Sohou
Ministère public : Ulrich Gilbert Togbonon, procureur spécial près la Criet
Greffier : Me Finalo Amagnidé

  • Social Links: