Ministère du tourisme et de la culture: Un Front commun contre Ange N’Koué

Ministère du tourisme et de la culture: Un Front commun contre Ange N’Koué

Après les luttes individuelles, les acteurs culturels réunis au sein des différentes confédérations culturelles unissent désormais leurs forces. Réunis au sein d’un même collectif, ils entendent faire front commun pour défendre le secteur culturel actuellement victime  de ce qu’ils appellent « la supercherie » du ministre du tourisme et de la culture, Ange N’Koué.

Ce nouveau Collectif né des concertations que les responsables des différentes fédérations et confédérations ont eues veut désormais agir dans une unité d’action pour « sauver le secteur culturel actuellement malade ».  Un secteur culturel qui, selon leurs dires, est victime de la « supercherie du ministre Ange N’Koué ». Selon les précisions données par le porte-parole de ce Collectif, Pascal Wanou, les explications reçues des membres du Cabinet du ministère le mercredi 14 septembre 2016, au sujet de l’abattement de 52,60% du Fonds des arts et de la culture (FAC)  confortent davantage leur conviction. Il en est ainsi parce que selon le point fait par le Collectif, cet abattement sauvage a été  opéré par « le Ministère de la culture lui-même, au grand dam des acteurs culturels ». Et ceci, pour rembourser les dettes du Ministère, selon les explications à eux données par le Directeur de la programmation et de la prospective (Dpp). Des explications que le Collectif des acteurs culturels  « rejette en bloc » et  exige donc «la restauration de la subvention du Fac à un niveau sacrificiel d’abattement ne dépassant pas 25% ». Toute chose qui devrait permettre de réévaluer le budget du FAC à  près de 3,5 milliards au lieu de 5 milliards. Mais selon leurs explications, « le  ministre Ange N’Koué, en dépit des propositions faites, s’enferme malheureusement dans un mutisme préjudiciable au secteur ».

De la désolation aussi sur le plan des réformes

La colère des acteurs culturels n’est pas seulement fondée sur l’abattement du Fonds des arts et de la culture. Selon les précisions qu’ils ont données, le ministre Ange N’Koué continue de faire preuve de « supercherie dans la conduite des réformes ». Et ils brandissent comme preuve, les propositions qu’ils ont faites à l’Assemblée générale des acteurs culturels convoquée par le Ministre de la culture en personne. Une assemblée générale tenue le mardi 9 août 2016 dernier, au cours de laquelle « les acteurs culturels ont cru devoir se mettre en commission ad ’hoc pour élaborer de façon consensuelle, une série de réformes à opérer notamment en ce qui concerne le fonctionnement du Fac ». Mais selon leurs dires, «Le rapport des travaux qui ont duré deux semaines, ayant été transmis au ministre depuis le 26 août  2016, n’a connu de suite jusqu’à présent, le ministre, brillant à nouveau par son silence ». Et le plus agaçant selon les précisions du Collectif, «en catimini,  le ministre  vient de transmettre en Conseil des ministres, une communication sur les réformes au Fac, sans associer les acteurs culturels et sans l’aval du Conseil d’administration du Fac ». Il s’agit  « d’une démarche jugée cavalière par les acteurs qui caractérise les actions du ministre depuis son arrivée à la tête de ce  département ministériel ». Tout ceci met en péril, selon leurs explications,  la saison artistique 2016-2017 qui, en temps  normal, devrait déjà être lancée avec à la clé, le lancement des appels à projets au niveau du FAC, l’étude des dossiers et la programmation des différentes activités au titre de la dite saison. Face à cette situation, les acteurs culturels projettent une série d’actions contre le ministre du tourisme et de la culture pour restaurer l’image de leur secteur actuellement « mise en souffrance par le ministre de la culture ».

Donatien GBAGUIDI