Le périple entamé par le Ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané, en vue de rallier les populations du septentrion à la cause du Programme d’actions…

Poursuite de la tournée du ministre d’Etat en charge du plan dans le septentrion: Parakou derrière Abdoulaye Bio Tchané pour booster PAG

Poursuite de la tournée du ministre d’Etat en charge du plan dans le septentrion: Parakou derrière Abdoulaye Bio Tchané pour booster PAG

Le périple entamé par le Ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané, en vue de rallier les populations du septentrion à la cause du Programme d’actions du gouvernement (PAG) suit son cours. Après Malanville, le ministre s’est rendu, le vendredi 5 mai 2017 dans la cité des Kobourou, Parakou, où l’attendaient les populations ainsi que les diverses personnalités politiques du pays.

C’est dans une liesse populaire que le deuxième homme fort du gouvernement Talon, le ministre du Plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané, a foulé le sol de la cité des Kobourou, ce vendredi 5 mai 2017. La salle de délibération des actes de la Mairie n’a pas tardé à faire le plein.  Le Maire de la commune, Charles Toko, suivi de plusieurs autres personnalités notamment, les députés Rachidi Gbadamassi, Nassirou Bako-Arifari, Kora Zimé, Wallis Zoumarou, le Préfet du Borgou, les Maires de Tchaourou, Pèrèrè et des autres communes dont N’dali, les têtes couronnées de Djougou, sa majesté le roi de Parakou, les élus locaux, les femmes, les jeunes, et bien d’autres personnes sont sortis massivement pour s’abreuver de la bonne nouvelle apportée par le ministre d’Etat. L’objectif de sa visite est d’informer les populations des grandes réformes contenues dans le PAG et de faire d’eux, les ambassadeurs de ce vaste programme destiné à faire révéler le Bénin. Une mission qu’a longuement apprécié les diverses autorités présentes notamment le Maire de la commune, Charles Toko, qui en a profité pour égrainer un chapelet de doléances favorables au développement de la commune. Il s’agit de la construction d’un centre international de conférence, la mise en service de l’aéroport de Tourou et du Port sec de Parakou, la construction d’un stade omnisports pour suppléer celui de Cotonou, la conception du schéma directeur d’aménagement urbain et enfin, l’implication des maires de toutes les communes du Borgou dans la mise en œuvre du PAG en vue de soutenir le gouvernement dans sa politique de territorialisation du développement. Le Maire de Tchaourou en a profité pour exiger aussi la construction des usines de transformation pour résorber le chômage des jeunes ainsi que des stratégies pour réduire l’insécurité. Le problème du scanner du CHD/Borgou et d’autres problèmes liés au retrait des actes de naissance ont été soulevés par la représentante des femmes, Aboua. D’autres doléances sont venues des élus locaux et associations de jeunes pour solliciter l’appui du gouvernement à la promotion de l’emploi des jeunes et l’honorabilité des rois. Des préoccupations qui ont entièrement été prises en compte dans le PAG présenté par le ministre d’Etat, Abdoulaye Bio Tchané. Un programme qui constitue le cadre fédérateur de toutes les initiatives de développement sur le quinquennat 2016-2021, le cadre de redevabilité entre le Gouvernement et les populations.  A en croire le ministre, cette visite vise, non seulement à passer à la présentation du PAG, mais aussi à écouter les populations sur les différents maux rencontrés au quotidien. Ceci, dans une quête permanente de mieux faire, de rendre perfectible et améliorable leur parcours.

Les grandes actions du PAG dans le septentrion

Le PAG traduit clairement la volonté du Gouvernement de changer en profondeur les choses au Bénin. Un programme clair et ambitieux chiffré à 9039 milliards de francs CFA dont les ressources, selon le ministre d’Etat, seront mobilisées au regard de l’engouement autour des projets inscrits. Au nombre des actions déjà entreprises dans le secteur agricole, le ministre du Plan et du développement parle de la création de pôles agricoles, la fermeture de structures et sociétés agricoles nationales en difficultés, la revalorisation du revenu du paysan par la fixation à son avantage des valeurs planchers sur certains produits agricoles. De nombreux projets de construction des routes et autres infrastructures de développement ont été déjà initiés dans toutes les régions du pays. En termes d’effet automatique ou de perception immédiate, sur ces douze (12) derniers mois, le Gouvernement a réglé la question du découpage territorial en créant et rendant effectif le fonctionnement des 12 départements du Bénin. De la même façon, le Gouvernement a fini avec le délestage qui lui a été légué. Il y a certes quelques coupures dues essentiellement à des défaillances techniques des réseaux, mais pas de déficit énergétique. Selon ses propos, le PAG a été conçu pour améliorer significativement les conditions de vie des Béninois, donner du travail aux jeunes, protéger socialement les Béninois et faire briller le Bénin dans le monde. Il permettra aux Béninois, à l’horizon 2021, l’accès universel à l’eau, la création de 500 000 emplois, la garantie d’accès à la santé à moindre coût, à travers l’initiative ARCH. En ce qui concerne le département du Borgou révélé comme étant le domaine cotonnier, le ministre énonce des réformes visant à donner plus d’autonomie aux producteurs et le désengagement de l’Etat, ce qui leur permettra d’atteindre la barre des 420.000 tonnes. Des améliorations sont aussi à noter dans la filière anacarde. Le PAG prendra aussi en compte le développement du secteur routier à travers le bitumage de nouvelles voies : Nikki–Kalalé- Ségbana, Parakou-Pèrèrè-Nikki, Guessou sud-Sinendé, l’achèvement des voies de la traversée et du contournement de la ville de Parakou, Parakou-Djougou, la réhabilitation de la route Bohicon-Dassa-Parakou qui permettra de relier facilement Parakou, l’entretien périodique de la route Djougou-N’dali-Nikki-Tchikandou, la réhabilitation de l’ancienne préfecture de Parakou, et autres. Le ministre a rassuré l’assistance de la prise en compte du problème lié à l’emploi et qui sera résolu par les projets agricoles, les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, le tourisme ainsi que les secteurs de développement du PAG.

 

Ils ont dit

Djibril Maman Cissé, Préfet du Borgou : « L’espoir est permis »

« …Je voudrais saluer toutes les actions déjà entreprises par le Chef de l’Etat. Nous adhérons pleinement à l’initiative qui a été prise par le gouvernement et qui est relative à la vulgarisation du contenu du PAG qui est un document de référence pour la mise en œuvre des nobles ambitions du Chef de l’Etat. Le département du Borgou compte 1.214.049 habitants dont la moitié est de sexe féminin. Les principales activités sont l’agriculture, l’élevage, le commerce, l’artisanat et le transport. Le département comporte aussi des sites touristiques qui malheureusement ne sont pas mis en valeur afin d’attirer les touristes pour valoriser le développement économique de la région. Malgré ces forces, les populations du Borgou sont confrontées à un certain nombre de difficultés liées à : l’impraticabilité des routes en saison pluvieuse, le manque criard d’enseignants qualités et d’insuffisance de classes au primaire et au secondaire, du manque d’agents qualifiés de santé, du manque d’eau dans les zones rurales et dans certaines agglomérations, de la faible couverture en énergie électrique…En dépit de cette difficulté, l’espoir est permis car nous croyons à la capacité du Chef de l’Etat à réaliser ce qui est contenu du PAG que nous soutenons entièrement… »

 

Rachidi Gbadamassi, Député : « Nous comptons sur vous pour relever tous les défis »

« Chaque pays a son histoire. Si nous ne savons pas d’où nous venons, ce n’est pas la peine. Au nom des populations de la 8è circonscription électorale que nous avons l’honneur de représenter dignement, nous demandons de dire merci au Président Talon parce qu’à sa prise de service, c’est à la ville de Parakou qu’il a fait l’honneur d’offrir sa première sortie officielle. En tant qu’homme politique honnête, j’ai l’obligation politique de le lui reconnaitre. Monsieur le ministre d’Etat, vous n’êtes pas n’importe qui. Votre parcours au Fmi et à la Boad le témoigne. Et si vous avez réussi à ces niveaux de responsabilité, ce n’est pas un ministère qui va vous faire peur. Patrice Talon a mis l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Nous comptons sur vous pour relever tous les défis. Je  porte le témoignage de ce que vous avez fait en Arabie Saoudite par rapport à la mobilisation des ressources pour la route Tchaourou-Bètèrou-Frontière Nigéria. Lorsque le Président Talon a reçu l’Empereur de Nikki, il lui a fait des promesses. Notre souhait est que ces souhaits se réalisent. Je voudrais du haut de cette tribune plaider pour la mise en service de l’aéroport de Tourou et du Port sec de Parakou pour les nombreux emplois qu’ils peuvent générer. C’est aussi le lieu d’attirer votre attention sur la situation des femmes et des jeunes. Je soutiens pleinement les réformes engagées par le Chef de l’Etat et le PAG. J’ai voté pour la révision de la Constitution et je l’assume. Si c’est à refaire demain, je suis prêt ».

 

Robert Gbian, Député : « J’appelle les Béninois à soutenir le PAG »

« Je remercie le ministre d’Etat pour avoir associé les députés à cette tournée d’explication et de sensibilisation sur le PAG. Les problèmes de la Nation, du septentrion, du Borgou et de Parakou ont été abordés. Il faut que les Béninois se sentent fiers d’avoir comme Chef de l’Etat, le Président Talon qui écoute tout le monde. L’Empereur de Nikki a été d’ailleurs reçu par le Président de la République. Il a mis la tradition au service du développement. Le Chef de l’Etat l’a écouté et à travers lui, a fait des promesses. Cela a gêné. Mais le chien aboie, la caravane écrase. Mon message est celui de l’appel de tous les Béninois à soutenir le PAG pour les nobles ambitions qu’il porte dans le sens de l’amélioration de notre mieux-être. Nous devons avoir le courage de dire non à ceux qui s’opposent à ce programme. C’est le lieu d’appeler les populations à ne pas céder aux intoxications par les réseaux sociaux et à la manipulation de l’opinion par les hommes politiques qui tentent de peindre en noir tout ce que fait le régime de la rupture. Ceux-là ne veulent pas du développement…Ce n’est pas parce qu’on est contre quelqu’un qu’il faut à tout prix trouver que ce qu’il fait est systématiquement mauvais. Nous avons décidé de soutenir le PAG. C’est pourquoi, nous avons choisi d’être aux côtés du ministre Bio Tchané dans son périple ».

Rastel DAN

  • Social Links:

Laisser une réponse