La sixième mandature de la plus haute juridiction en matière constitutionnelle est installée. Vendredi 8 juin dernier, le professeur Théodore Holo a passé la main au nouveau président de la…

Cour constitutionnelle: Joseph Djogbénou et son équipe déjà en fonction

Cour constitutionnelle: Joseph Djogbénou et son équipe déjà en fonction

La sixième mandature de la plus haute juridiction en matière constitutionnelle est installée. Vendredi 8 juin dernier, le professeur Théodore Holo a passé la main au nouveau président de la Cour constitutionnelle, Joseph Djogbénou, à la faveur d’une cérémonie qui s’est déroulée au siège de l’institution à Cotonou.

« En ce moment solennel où je vous passe le témoin, il me plaît de vous souhaiter une abondance de succès dans l’accomplissement de votre délicate, mais exaltante mission républicaine. Je voudrais aussi associer le collège des juges à ces souhaits de réussite afin qu’ensemble vous meniez à bon havre le navire de la Cour constitutionnelle dont vous prenez le gouvernail », a exprimé le professeur Théodore Holo dans son adresse au nouveau président de la Cour constitutionnelle, Joseph Djogbénou. Une page s’est officiellement fermée et une nouvelle s’ouvre pour la haute juridiction.
Lors de la cérémonie de passation de charges, le représentant du Syndicat des travailleurs de la Cour constitutionnelle, Edgard Bankolé, a salué la grandeur du président sortant. « Vous êtes le dernier des pères de notre Constitution qui remet la clé du temple sacré à une relève de qualité », a-t-il laissé entendre en souhaitant bon repos au professeur Théodore Holo. Celui-ci ne doute d’ailleurs pas de la compétence et du professionnalisme de la nouvelle équipe. En outre, il dit les savoir capables de remplir la mission qui est la leur. Une mission que la cinquième mandature, selon lui, s’est efforcée de remplir avec sérénité, confiance et dévotion, dans le respect de l’esprit et de la lettre des dispositions de la Constitution. Il exhorte aussi la nouvelle équipe à faire de la Constitution, sa ‘’Bible’’ ou à défaut sa vade-mecum.
Pour le président entrant Joseph Djogbénou, il ne saurait en être autrement. « La Constitution n’est pas un gadget destiné à la satisfaction intellectuelle de quelques-uns. Elle est la gardienne du trésor, trésor de liberté, le trésor des droits individuels dont la gestion est confiée au plus fort, la Cour constitutionnelle », a-t-il rappelé pour montrer la prééminence de la loi fondamentale et le respect qu’il lui voue. Il a aussi salué la contribution foisonnante du professeur Holo à la jurisprudence constitutionnelle et annoncé l’ouverture d’une nouvelle ère. « La barque pourrait tanguer, mais elle restera bien gardée », a-t-il assuré avant de prendre le maillet des mains de son prédécesseur. Les sept nouveaux sages de la sixième mandature de la Cour constitutionnelle sont ainsi entrés en fonction.

Holo s’en va en héros ?

C’est sous des ovations nourries que le président Théodore Holo a quitté l’enceinte de la Cour constitutionnelle au terme de la cérémonie. La passation de charges entre la cinquième et la sixième mandature a semblé avoir captivé plus d’attention que d’ordinaire. En témoigne la foule présente sur les lieux et l’émoi qui a saisi le personnel administratif au départ du professeur Holo. Sont-ce des adieux, expression de satisfaction et de mérite ou une manière de saluer la fin d’une époque, d’une ère ? Ce qui est évident, les décisions de la Cour sous l’égide de l’homme n’ont pas toujours ravi comme d’ailleurs aucune œuvre humaine n’est parfaite. Mais ce qui est certain, l’homme pense avoir accompli sa mission dans toute la mesure de ses capacités, avec la conscience claire et dégagée. « Aux autres de nous juger et à l’histoire de nous apprécier », laisse-t-il entendre.

  • Social Links:

Laisser une réponse