Une vaine polémique a enflé depuis la nuit du jeudi 5 juillet dernier, suite au vote favorable de l’honorable Issa Salifou pour l’amendement de la Constitution du 11 décembre 1990….

Vote de conviction pour l’amendement de la Constitution : Malèhossou clarifie le ‘’Oui’’ de Saley

Vote de conviction pour l’amendement de la Constitution : Malèhossou clarifie le ‘’Oui’’ de Saley

Une vaine polémique a enflé depuis la nuit du jeudi 5 juillet dernier, suite au vote favorable de l’honorable Issa Salifou pour l’amendement de la Constitution du 11 décembre 1990. Sur la station Royal Fm d’Abomey le week-end écoulé, El Hadj Yacoubou Malèhossou qui était visiblement dans le secret des dieux, a remis les pendules à l’heure et éclairé la lanterne de l’opinion publique sur ce qui devrait être une évidence pour des personnes averties de la chose politique.
Fondamentalement, deux axes de son intervention suffisent à situer sur le choix de l’élu de la première circonscription électorale qui, à l’occasion de ce vote au parlement, a délivré une procuration à son homologue Affo Obo Tidjani, manifestant ainsi son accord pour les propositions objectives du Bloc de la majorité parlementaire (Bmp) en vue de l’amendement de la loi fondamentale.
A en croire El Hadj Malèhossou, cette option du député n’est nullement le fruit d’un marché politique, qui serait de l’ordre du milliard tel que distillé dans l’opinion publique, encore moins une quelconque échappatoire, pour se maintenir à l’abri de ses récents malentendus avec la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee). Le prendre ainsi serait une pure vue d’esprits non-éclairés. Ici, nous sommes en politique, et à tout moment, on peut rebattre les cartes. D’ailleurs, l’Assemblée nationale est réputée être un haut lieu de politique, et l’expression d’un député dans ce cadre devrait être perçue avec cette intelligence.

Issa Salifou, un allié de Talon…
Le message de El Hadj Yacoubou Malèhossou sur Royal Fm d’Abomey est sans équivoque. L’honorable Issa Salifou est l’un des premiers soutiens de Patrice Talon à la présidentielle de 2016. L’on se rappelle les heures sombres passées par l’homme pour sa conviction politique, sous le régime du changement et de la refondation qu’il aura combattu jusqu’au bout, c’est-à-dire à la présidentielle de 2016. C’est sans surprise qu’après le premier tour du scrutin, Issa Salifou ait rejoint la barque de la Rupture, pour un Nouveau départ dans la gouvernance au sommet de l’Etat.
Au dire de Malèhossou, les mal compréhensions ‘‘d’hier’’ entre celui-ci et le chef de l’Etat sont tout aussi naturels et font partie, pour les avisés, des rapports entre deux acteurs politiques. Aucune animosité ne prévalait donc, et il va de soi que la paix des braves conduise à une mutualisation des efforts pour la construction de l’édifice Bénin.
El Hadj Yacoubou Malèhossou a confessé que lui et certaines personnalités étaient les artisans de cette réconciliation entre les deux hommes. Ce qui s’est manifesté par l’adhésion totale de l’élu de la première circonscription électorale aux idéaux du chantre du nouveau départ. Issa Salifou a donc rejoint le Bloc de la majorité présidentielle (Bmp) afin de jouer sa partion dans la mise en œuvre effective et efficiente du Programme d’actions du gouvernement (Pag).
Son vote à l’Assemblée nationale ne devrait pas être une surprise, surtout que les points, objet d’amendement de la loi fondamentale, ont reçu l’approbation de la plupart des députés, aussi bien de la mouvance que de l’opposition avant le vote proprement dit. Hélas ! La politique a ses raisons que le Béninois lambda ignore. Et ceux qui s’acharnent à voir, coûte que coûte, l’honorable Issa Salifou dans l’opposition devront attendre bien longtemps.

  • Social Links: