« Au moins 3.677 cas essentiellement de garçons âgés de moins de 13 ans, victimes de sévices sexuels allant d’attouchements aux viols par au moins 1.670 membres du clergé. Les…

Célibat problématique des prêtres catholiques : La solution « Miracle » de l’Allemagne

Célibat problématique des prêtres catholiques : La solution « Miracle » de l’Allemagne

« Au moins 3.677 cas essentiellement de garçons âgés de moins de 13 ans, victimes de sévices sexuels allant d’attouchements aux viols par au moins 1.670 membres du clergé. Les faits se sont déroulés entre 1946 et 2014 ». Il n’en fallait pas plus pour que la conférence épiscopale allemande brise les glaces à Fulda (Hesse) deux jours plus tôt. Ainsi, le Président de la Conférence épiscopale, Reinhard Marx a rejeté le tabou pour  espérer arriver à bout d’un fléau qui gangrène l’Eglise et compromet l’honneur de l’Eglise.  En attendant que les  coupables soient pardonnés au paradis, il convient qu’ils soient mis en examen par la justice (1) avant que l’Eglise n’enclenche la réforme qui s’impose (2)

1.  Pour une mise en examen par la justice

 

Les faits.  De milliers de garçons âgés de moins de 13 ans ont été violés et touchés sexuellement par les membres du clergé. C’est ce qu’il ressort de l’étude commanditée par l’église catholique allemande. Le rapport volumineux de 350 pages que « Le Monde » dispose,  a passé en revue les «   abus sexuels commis sur des mineurs par des prêtres, des diacres et des religieux catholiques » de 1946 à 2014.  Selon des extraits, on peut lire que sur ‘soixante-huit ans, les auteurs ont pu établir que 1 670 membres de l’Eglise catholique allemande ont agressé sexuellement 3 677 mineurs, en majorité des garçons de moins de 13 ans, ce qui signifie qu’au moins 4,4 % de l’ensemble des religieux ont abusé d’enfants’.

Ce chiffre n’est pas moins inquiétant que les statistiques établies par le rapport : « trois victimes sur quatre auraient été agressées dans une église ou dans le cadre d’activités pastorales. Une victime sur six aurait été violée ».

 Si Dieu ne veut pas la mort du pécheur, il n’exclut pas non plus le repentir qui passe par le feu de  la loi. S’il faut donner à César  ce qui est à César, cela voudrait dire qu’il faudrait respecter la loi en vigueur. Voilà pourquoi, le moment est arrivé de lever l’impunité dont continuent de bénéficier les agresseurs. Sur les 1 670 religieux mis en cause, seulement 566, soit un tiers environ, ont été poursuivis canoniquement. Parmi eux, à peine une quarantaine de prêtres  ont été exclus de l’Eglise.   Pour se réconcilier avec Dieu et les hommes, l’Eglise n’a pas le choix de livrer le rapport à la justice pour des condamnations exemplaires.

2.  Le miracle allemand de réformes

 

A Hesse, il y a eu des discussions franches et décomplexées. Conservateurs et réformateurs sont loin d’accorder leurs violons. Toutefois, il y a une avancée.  Le célibat des prêtres catholiques est un problème. Là-dessus, le constat est unanimes partagé par les chercheurs commis pour le rapport. La morale sexuelle catholique est un sujet de dissertation. La synthèse est attendue par une recommandation de réforme révolutionnaire. Ceci d’autant plus que plusieurs rapports commandités par l’Eglise montre que “le célibat des prêtres est  une cause indirecte de ces agressions sexuelles “. L’Allemagne voudrait bien indiquer la voie à suivre mais hésite . C’est de la précaution. Cependant,  Reinhard Marx, le Président de la Conférence lève un coin de voile : “Le travail de renouvellement à entreprendre au sein de l’Eglise ne peut pas avoir lieu du jour au lendemain. Mais il doit commencer”

Qu’on ne se trompe guère. Ce travail a déjà commencé dans les esprits. Car la colère gronde partout même en Afrique. En attendant, il faudra voir assez clair dans les dossiers personnels des membres du Clergé.

 

Herbert de Saint Tauyé HOUNGNIBO

Juri-Journaliste.

  • Social Links: