Convention de la majorité présidentielle : Un véritable réseau d’opportunistes pour affronter les prochaines joutes électorales Patrice Talon n’a rien appris de l’histoire politique du Bénin de ces dernières années, des…

Convention de la majorité présidentielle : Un véritable réseau d’opportunistes pour affronter les prochaines joutes électorales

Convention de la majorité présidentielle : Un véritable réseau d’opportunistes pour affronter les prochaines joutes électorales

Convention de la majorité présidentielle : Un véritable réseau d’opportunistes pour affronter les prochaines joutes électorales

Patrice Talon n’a rien appris de l’histoire politique du Bénin de ces dernières années, des erreurs ou des turpitudes de ses devanciers, de sa traversée du désert, comme de sa gestion du pouvoir, sinon il aurait compris depuis longtemps qu’au Bénin, c’est toujours à ses dépens qu’on apprend quand ont cesse d’être avec le peuple et qu’on se montre désagréable à son égard. Au Bénin, la colère peut encore être sourde, il faudrait déjà l’entendre et lui répondre avant qu’elle ne sorte brutalement des urnes.

A moins d’un revirement spectaculaire, deux blocs politiques travailleront aux côtés du Président Patrice Talon pour affronter les prochaines joutes électorales. Il s’agit de «Dynamique unitaire» et «Bloc Progressiste». Des discussions entamées depuis peu par les têtes de pont de ces deux blocs avec le Chef de l’Etat en personne, se sont poursuivies inexorablement. Selon nos recoupements, Patrice Talon avait souhaité qu’il y ait un seul grand parti politique unifié, parce que des informations lui seraient parvenues et ne le rassurent pas quant au caractère national que devrait avoir chaque bloc. Mieux, des tensions commenceraient à naitre ça et là, et il craint que les blocs constitués débouchent sur une situation de monstre à trois têtes et sur la régionalisation des partis en création. De longs débats s’en suivront pour aboutir à un consensus autour de deux grands partis politiques qui naîtront bientôt à partir des deux blocs tantôt cités.

Aujourd’hui, face à l’immense attente de la population béninoise qui penne à sortir d’une crise qui l’a beaucoup affectée, nous n’assistons qu’à des stratégies de «partage de gâteau» de nos politiciens au lieu de vraies actions concrètes et sincères. Hier, ils étaient avec Boni Yayi, après l’avoir induit en erreur en approuvant toujours son programme malgré quelques défaillances, aujourd’hui, ils sont avec Patrice Talon dans l’espoir d’avoir une part de gâteau.

Alors, sachant qu’une convention avait déjà été signée pour soutenir les actions de Patrice Talon, l’heure est au bilan. Négatif voire impossible à évaluer l’apport de cette convention dans la gestion des affaires publiques par le Président. Cette convention se disant un ensemble de partis politiques acquis aux valeurs de la République, de démocratie et de laïcité qui soutient la réalisation du programme d’action du gouvernement du Président de la république semble une coquille vide ou des opportunistes à se faire la poche autour de Patrice Talon. La triste réalité est que certains de ces partis n’ont jamais eu les mêmes intérêts, ne se sont reconnus dans les valeurs et dans la vision qu’incarne le Président Patrice Talon. Tout simplement, ils ont voulu être plus poche du pouvoir en vue de mieux en profiter au moment opportun.

Ces partis opportunistes que nous montrons du doigt n’ont pas des raisons d’être car ils n’ont jamais posé de jalon, jamais mûri de réflexion pouvant aider le pays à aller en avant. Pour eux, tout ce qui prévaut, c’est leur intérêt d’où qu’ils viennent et quel qu’en soit le prix. Ils appartiennent à tous les régimes parce qu’ils n’ont pas honte de retourner leur veste. Ils boivent honteusement l’eau de tous les pouvoirs parce qu’ils n’ont pas honte.

Que n’ai-je pas vu des révolutionnaires devenus ardents défenseurs de la démocratie ! Que n’ai-je pas vu des dictateurs devenus fervents animateurs des mouvements démocratiques à l’avènement du multipartisme ! Ils étaient là avec Mathieu Kérékou et quand Kérékou est parti, on les a vus aux côtés de Boni Yayi. Boni Yay parti, les voyants chantant les louanges de Patrice Talon comme si Boni Yayi n’avait jamais existé.

Ceux-là qui ont un tel comportement, ce sont les vieux politiciens, de vieux cadres à la recherche de nomination qui sont capables de vendre leur âme au Diable. Quelles leçons de fidélité peuvent-ils donner à leurs enfants, cette nouvelle génération. Ne faisons pas l’amalgame parce que ce serait frapper avec le même bâton car certains sont honnêtes. Sachons donc dissocier la bonne graine de l’ivraie. Certains hommes politiques ne méritent pas qu’on leur fasse confiance parce que leur mode d’agissement, c’est la duplicité.

Il est navrant de voir qu’à un certain âge, on soit encore prédisposé à la trahison. Ils ont la langue mielleuse mais ils déversent le venin. De quelle dignité un cadre peut-il se réclamer lorsque pour des strapontins il perd son identité en changeant incognito de langage. Ces hommes politiques qui défilent à longueur de journée à la télé et qui envahissent les médias devraient savoir qu’ils font honte par le double langage qu’ils tiennent et qu’ils feraient mieux de se taire. Ils foisonnent dans les associations, les organismes d’Etat. Ils sont de véritables flatteurs, des courtisans qui font croire aux différents chefs d’Etat qu’ils sont les plus beaux, les meilleurs et que sans eux le Bénin ne sera pas le Bénin. De telles gens ne méritent pas qu’on leur fasse confiance parce que ce sont des traitres qui veulent travailler avec Dieu et satan. Il est bon de savoir les débusquer le plus tôt possible car pour la réalisation de leurs intérêts sordides et inavoués, ils sont tantôt de la majorité, tantôt de l’opposition.

Par Gilbert MAKOU

  • Social Links: