Le projet d’amélioration du cadre de gestion des déchets contenant du mercure (Progem) a été lancé au cours d’un atelier prévu pour durer deux jours, jeudi 20 février, par José…

Gestion des déchets contenant du mercure: Les acteurs évaluent les actions

Gestion des déchets contenant du mercure: Les acteurs évaluent les actions

Le projet d’amélioration du cadre de gestion des déchets contenant du mercure (Progem) a été lancé au cours d’un atelier prévu pour durer deux jours, jeudi 20 février, par José Tonato, ministre du Cadre de Vie et du Développement durable. Les acteurs ont évalué au cours de ces assises, les actions menées par le Bénin pour réduire les dégâts sanitaires et environnementaux de cette substance conformément à la Convention de Minamata.

 

La pollution par le mercure préoccupe au regard des conséquences de cette substance chimique sur la santé. Son évaluation mobilise les acteurs notamment les points focaux de la convention de Minamata sur le mercure à travers un atelier de deux jours lancé, jeudi 20 février, par José Tonato, ministre du Cadre de vie et du Développement durable.
L’atelier porte sur la mise en route du projet d’amélioration du cadre de gestion des produits ou articles contenant du mercure. Son objectif est d’améliorer le cadre de gestion des produits et articles contenant du mercure d’une part et de renforcer la capacité des parties prenantes d’autre part. Il ambitionne d’apporter des solutions idoines en vue d’une gestion rationnelle des produits ou articles contenant des déchets du mercure grâce à ses cinq composantes techniques dont la sensibilisation des groupes cibles.
Martin Aïna Pépin, directeur général de l’Environnement et du Climat, a rappelé que le Bénin a ratifié la convention de
Minamata sur le mercure en novembre 2016. Après la ratification, il a soumis un projet au niveau du secrétariat de la convention pour élaborer le profil du mercure, c’est-à-dire identifier tous les compartiments dans lesquels on peut retrouver du mercure et voir la quantité de mercure que le Bénin produit à travers ces différents compartiments ainsi que les formes sous lesquelles il s’y trouve.

 

Préserver l’environnement et la santé

En rappelant que 43 000 kg de mercure sont générés par an dans l’environnement, le directeur général de l’environnement et du climat a indiqué qu’il faut trouver un mode de gestion de ces mercures, très dangereux et qui posent des problèmes de santé au niveau du fœtus qui peut naître avec des malformations. Le mercure cause aussi des problèmes rénaux. « Le projet d’amélioration du cadre de gestion des déchets contenant du mercure (ProGem) va permettre de mettre en place une filière de gestion du mercure. Il s’agit aussi de permettre aux populations, surtout les artisans qui sont dans l’orpaillage de bien vivre », a expliqué Martin Aïna Pépin.
José Tonato, ministre du Cadre de vie et du Développement durable, a souligné que la gestion de ces produits est devenue une problématique majeure dans la préservation de l’environnement et la protection de la santé humaine. «Le mercure est connu pour ses effets toxiques et ses conséquences néfastes sur les fœtus et les nourrissons. II constitue une menace mondiale, de par sa mobilité élevée, sa persistance dans l’environnement, sa capacité de bioaccumulation dans la chaîne alimentaire, ainsi que son caractère de perturbation endocrinienne. Les différents efforts dans la gestion de cette substance, rappelle le ministre, viennent renforcer les actions du gouvernement dans la modernisation du système de gestion des déchets ménagers, la création de société de gestion des déchets et de la salubrité du Grand Nokoué y compris les actions devant couvrir l’ensemble des communes sur le territoire national.

  • Social Links: